Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 janvier 2020

Fragments de mercredi

L'indicateur de fin de lessive a sonné à la seconde même où j'ouvrais la porte de l'escalier.

 

Depuis quelques semaines je me plonge dans Jack London. Ce n'était pas du tout prévu, mais tant mieux. Ce matin j'écoute la belle vidéo dans laquelle Azélie Fayolle lit le premier chapitre de The Road dans la nouvelle traduction de Philippe Jaworski (Le trimard). Je ne connais pas le livre mais je recommande d'écouter la lecture du texte français en suivant le texte anglais.

C'est un texte magnifique sur l'affabulation et le réalisme.

Encore une crise de larmes à la buanderie, et au salon, en voyant le pouf rouge vide.

Le site des Tanneurs reste fermé par l'administration. Je sens que ça va virer merdique. Et sans influer en rien sur les décisions locales ni nationales. De toute façon il y a bien longtemps que la France a sacrifié l'éducation, et en particulier l'enseignement supérieur. En attendant, j'établis les emplois du temps des étudiantes d'échange au moyen d'échanges électroniques.

 

Migraine et mal à la glotte féroces hier soir. Qui reprend ce matin.

 

Dans la dernière vidéo de La Vie en selfies, Hervé Lloire se représente en voleur de pommes. Sur un plan plus dramatique, on peut lire l'autobiographie, traduite du yiddish, de Moïshé Rozenbaumas.

 

Écrire un commentaire