Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 avril 2019

« jamais au licol »

l’histoire ne retie

nt que ce qu’on lui

permet, temps enfui

ou discours enfoui,

la parole répartie,

c’est comme un théâ

tre (on assiste béa

t, figé sur son séa

nt) : quelle fausse

té ! c’est faux, l’

histoire, pas d’bol

ravageuse se gausse

démasque point prol

ixe jamais au licol.

lundi, 08 avril 2019

« six tulipes rouges »

8 avril 2019.

six tulipes rouges,

écloses simultanéme

nt dans la plate-ba

nde loin des neiges

par d’autres nuages

versées au livre du

désastre, là auprès

des effritements du

gravier, ont exécut

é sur l’œil au cutt

er le ballet soleil

pour qu’ici cet œil

trouve une nouvelle

formule accidentelle

 

mardi, 02 avril 2019

« touches de piano ce »

1er avril 2019.

touches de piano ce

soir dans la touffe

ur de cette salle d

e cours sur la rue—

sons ou plutôt arpè

ges est-ce que ça r

ime à quelque chose

—des motos en pétar

ade, klaxons, pétar

ds, massif tintamar

re—le clavier aussi

pianote en cliqueti

s—ce soir tout brui

t qui nous est ravi.

dimanche, 31 mars 2019

« grand soleil »

grand soleil de cet

ultime jour de mars

par froid de l’aube

on triche avec l’om

bre comme si l’ombr

e du merisier ne fe

ra jamais assez d’o

mbre–l’herbe pâlit,

n’est pas qu’un nom

conservé de novembr

e, s’éteindre le fe

u ça fait point d’o

rgue : dans son lit

juillet s’accomplit.

dimanche, 24 mars 2019

« mourir la mer dit-il »

mourir la mer ditil

dans 1 vidéo dans l

énumération terribl

e notr'océan bientô

t mort bouche en ô!

devant tout c'qui d

érive & dégueulasse

on déprime ye'rekid

ding / noir repasse

fin du monde ç'cram

e fin de rêve& dram

e tout moment sidé-

rant on n’a pas idé

e non guerre lasse.

samedi, 23 mars 2019

« quelles ténébreuses »

25 mars 2019

quelles ténébreuses

lueurs dans le ciel

toi qui ici creuses

la paupière de miel

fille cette vareuse

décorée d’un wombat

silhouette macreuse

où mènera le combat

remueménage d’après

la salle—tu es très

consciente de foudr

oyer l’amphithéâtre

ma paupière y coudr

& se laisser abattre