Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 mars 2017

sur mon quatre couleurs...

21.03.2016.

sur mon quatre couleurs

ça y est le rose a rendu l'âme

il a jeté sa dernière flamme

dans une marge de copie

 

il ne reste donc que le vert

pâle ou lumineux c'est selon

l'éclairage du salon

ou du bureau Propos râleurs

 

je lance — “c'est de la roupie

de sansonnet ! ” L'hiver

s'est achevé, et ni bleu r

 

are ni violet ni rose n'ont

survécu Tout va de travers

& du quatre couleurs ne reste que le nom

lundi, 13 mars 2017

4141 — Deux vidéos sur les toits de la Bibliothèque

Expositions de poètes africainEs, Bibliothèque Arts et Lettres, site Tanneurs, Tours, 13 mars 2017.     Cela faisait longtemps que je voulais faire ça.

 

L'occasion de venir prendre quelques photographies de l'exposition de livres d'écrivains africains était trop belle pour que je la manquasse.

 

Pour la première vidéo, j'ai repris de mémoire (et je me suis planté : pour le dernier vers, c'est « le temps veille », pas « l'esprit veille » (il a dû se produire une conflagration, dans mon esprit, avec le tableau de Gauguin)) un bref poème d'Esther Nirina qui est à l'honneur avec le présentoir de poésie anglophone du troisième étage.

 

Et donc, deux vidéos d'un coup, pour profiter aussi du passage par le bureau et donc de la connexion ultra-rapide de l'Université.

 

 

Pour la deuxième vidéo, plus longue, je me suis attaché à présenter le livre bouleversant de Shailja Patel, Migritude.

Comme je parle du spectacle dansé dont le texte constitue la première partie de Migritude, voici quelques autres liens pour se faire une idée (et se rafraîchir les yeux après ma tronche et mon blabla) :

  • The Cup Runneth Over (“an act of poetic terrorism”) — à faire écouter aux fans de Barack Obama

 

mercredi, 08 mars 2017

HD

Le 8 mars, c'est la date de la première vidéo de traduction, l'an dernier.

Je me suis rendu compte hier, car j'étais agacé de constater que l'image était encore et toujours de mauvaise qualité sur YouTube, qu'il fallait modifier la qualité de l'image en utilisant la fonction Paramètres dans le coin inférieur droit : presque toutes mes vidéos sont enregistrées en HD, et c'est d'ailleurs pour ça que le temps de téléchargement, à la maison, est aussi long. Apparemment, YouTube les diffuse par défaut dans un format très compressé. Il faut donc modifier manuellement.  Cela agit aussi sur le son, il semblerait.

(Essayez : ci-dessous, l'icône Paramètres se situe entre celle des sous-titres et celle du visionnage direct sur YouTube.)

 

 

Pour la vidéo d'hier, elle a été tournée dans la chambre ; ce n'est que la deuxième fois, je crois, que je choisis ce lieu de tournage. La fronde baoulé et la statuette mumuye répondent en quelque sorte au texte de Ben Okri.

mardi, 07 mars 2017

Poèmes foireux de 2017

à fond dans le tramway

elle écoute du Keen'V

sans comprendre pourquoi

tout le monde la

regarde d'un air mauvais

(4 mars)

 

elle cherche des trucs sur le Web en usant de Lilo

juste pour distribuer les gouttes d'eau

à une assoce qui fait la promo

des circuits courts et des paniers bio

(2 mars)

 

il joue le rondeau

d'Abdelazar au pipeau

comme il fait la voix B

il a bien l'air teubé

(1er mars)

 

il n'était pas vieux

mais il aimait draguer les mémères

& il ne trouva rien de mieux

que d'aller voter aux primaires

(29 janvier)

 

un sandwich

au pâté de biche

avec un verre de coca

avant d'aller

baratiner

les étudiants de Cluj Napoca

(13 janvier)

vendredi, 24 février 2017

“That's a pure Malevitch”

1622713_10202045905243063_438708232_n.jpg

 

Il y a trois ans, je faisais réciter par écrit un poème de Dickinson que j'avais fait apprendre par cœur à mes étudiants de première année... l'occasion d'être un peu sarcastique.

De mémoire, l'étudiante n'était pas venue me demander d'explication sur l'annotation, et aurai-je la naïveté de penser qu'elle a gouglé Malevitch ?

jeudi, 23 février 2017

Si j'aurais su...

« Tous les joueurs bordelais, qui n'ont pas joué à la suite du report du match contre Lorient, ont consenti le travail foncier ce matin, sauf Diego Rolan qui a entamé sa phase de réathlétisation. » (Sud-Ouest du 10 février 2014)

Une vraie question : comment traduire cette espèce de novlangue à mi-chemin entre le VRP en téléphonie et le journaliste-qui-se-prend-pour-un-kiné-qui-se-prend-pour-un-toubib ? Peut-on (doit-on) la traduire comme ce qu'elle est, à savoir dans un jargon équivalent, ou est-on autorisé à écrire cela dans un anglais compréhensible ?

 

Cette question, que je posais le 10 février 2014, est centrale à toute réflexion théorique sur la traduction.

Récemment, des articles s'en sont fait l'écho au sujet de l'indigence syntaxique et lexicale de l'anglais parlé par Donald Trump. Plus littérairement, c'est la difficulté majeure à laquelle est confronté tout traducteur de Tutuola. Pour prendre un exemple plus populaire, et auquel je me suis coltiné récemment avec mes étudiants internationaux : comment traduire le célèbre si j'aurais su j'aurais pas v'nu de Petit-Gibus (sous la plume de Pergaud) ?

Plus récemment encore, François Bon a abordé cela à propos de ses traductions de Lovecraft :

Comme d’accoutumée, on s’est fait un scrupule de respecter les parfois très étranges diptyques que propose la phrase lovecraftienne, avec son point-virgule séparant deux éléments syntaxiques parfois autonomes, parfois pas — c’est qu’il y était tout aussi scrupuleusement attaché, Lovecraft. Et le traducteur profite d’une prose pour une fois alerte, racontée par un étudiant en médecine avec les quelques lourdeurs d’usage que nécessite son rôle : un petit côté empesé, qui peut même prendre des facettes presque pédant, ou presque précieux, mais qui est l’exacte fissure par quoi imposer l’objectivité du narrateur, son impossibilité à inventer. À preuve la maîtrise et la souplesse de la langue dont est armé Lovecraft, dans ses lettres comme dans ses poèmes ou ses essais : un registre absolument maîtrisé, et dans ce qui peut sembler une lourdeur, que le traducteur doit respecter comme telle (on pourra comparer avec le narrateur de La chose sur le seuil ou celui de Dans l’abîme du temps), l’exacte nappe où va se jouer discrètement toute l’illusion du fantastique.

 

mercredi, 22 février 2017

Trois distiques retrouvés

2014

On a bien affamé et comment je golri

De bientôt m'englouté un miam-miam tandoori.

 

2014

Comme qu'on a bien lourd d'anguilles matelote

J'a lassé femme enfant regardu Kaamelott.

 

2015

Moltonel qu'on a mou d'use du cellulose

Si bectu Monbana fourrés au lactulose.

mardi, 21 février 2017

Il y a un moment où j'ai cessé de numéroter...

La gloriole est un gaspillage. Si, pour quelques-uns, le devoir est de s'en aller, ce devoir-là doit être fait comme un autre. —·— Einsame Ebene, gross, horizontgeschwängert, sang eine dünne Melodie, selbst lockender Schlag der Wachteln war nicht zu hören, nun fiel dicht vor seinen Augen ein Spinnwebnetz nieder, vom Himmel zum Nordpunkt, bedeckte ganz seine Pupillen, oder war es nur von Zweig zu Zweig zufälligen Kirschbaums gespannt, da sah er nicht, da hörte er, so laut, so stark, den wilden Ozean brausen, kochen, wirbeln, alles anströmte zu mächtiger Rhapsodie und war doch durch hauchzarte, regenbogenfarben schimmernde Spinnwebzeichnung einzig dies zu sehn, still, kolossal, schneebedeckte Majestät: Fuji. —·—·—·—· Nous n'avons pas la curiosité passionnée d'apprendre, nous n'avons pas d'appétits intellectuels! C'est presqu'une souillure de besogner rude, les plus admirés sont ceux qui réussissent vaille que vaille en ne faisant rien. —·—·— Et, tendant la main à son camarade, Népomucène Briquet ajouta : „Und inmitten dieser goldigen Verklärung, die gewaltige Gloriole der Sonnenscheibe zu Häupten, stand hochaufgerichtet im Wege eine üppige, ganz in Rot, Gold und Schottisch gekleidete Person, die ihre Rechte in die schwellende Hüfte stemmte und mit der Linken ein grazil geformtes Wägelchen leicht vor sich hin und her bewegte. “

lundi, 20 février 2017

Quatrain grimaçant

10.02.2016.

Tu traces ton sillon

De bave, belle limace.

 

Le petit gorillon

Est expert de la grimace.

dimanche, 19 février 2017

Du fun, du zoprac...

Brun gris autant que bronzé avait Borotra

Si que l'hapalémur du lac Alaotra.

 

On a dur la grosse érection si le bromure

Il m'est été vendru par Dodo la saumure.

 

Golri-je salut les ptits clous Marc Toesca

Si que Zahia s'a mis au clou de Déhesca.

vendredi, 17 février 2017

Réussange 5

Voyez-moi donc ce beau ratite

Plus gigantesque qu'un harfang.

Promenons-nous au zoo d'Ang-

Oulême. Amis, il le mérite !

 

Préférez-vous le zoo d'Ang-

Ers ? (Oui, cette rime est fortuite

Et à nul jeu creux circonscrite.)

On n'y trouve pas de siamang.

 

À pianoter, mes phalanges

En tous sens les lettres mélangent.

Est-ce du clavier le prurit

 

Ou, dans ce zoo, l'aconit

Et le chant libre des mésanges

Bouleversant le tapuscrit ?

 

jeudi, 16 février 2017

La douceur

Bien entendu, la douceur n'explique pas tout.

Ni la douceur d'un visage, ni la douceur du temps.

D'ailleurs, depuis le temps que je commence des textes ou des mails par bien entendu, j'aurais dû finir par devenir sourd. Déverser des phrases sur un écran, c'est bien commode.

Et depuis le temps que je commence des paragraphes par d'ailleurs, n'en parlons pas, s'il vous plaît, rompons les structures, n'en parlons pas. Presque toutes les rubriques ont fini par sombrer, ou plutôt par tomber en friche. C'est curieux, cela : tomber en friche.

Et d'ailleurs n'en parlons pas.

mercredi, 15 février 2017

Le pantalon vert, scène parisienne

Paris, 6e arrondissement — 14.02.2017.

mardi, 14 février 2017

Rondel 22

Un jour je relirais bien

Le Renard et la boussole.

Meunière, tu dors, la sole

Est frite sous le fretin.

 

Non, l'écart n'est pas le chien :

Le compteur Geiger s'affole.

Un jour je relirais bien

Le Renard et la boussole.

 

Aujourd'hui, il faut du lien

Social. (Pas que ça vaut rien

Mais si ma truite rissole,

Le Renard et la boussole,

Oui, je le relirais bien.)

 

16:10 Publié dans Rondels | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 13 février 2017

Posture de regimbe

Un fouillis de vieilles vieilleries. — Je l'ai déjà écrit, je crois, cette rubrique est celle dont je pense depuis longtemps faire un livre. Pas un essai, ni un recueil de proses poétiques, quelque chose qui participerait de tout cela et de rien de ça, et dont j'ai cherché à trouver le ton, dans les deux ou trois années où se sont écrits la majorité des textes qui la composent.

Or, je m'aperçois aujourd'hui, à l'heure d'un bilan provisoire, qu'il n'y a que 64 textes dans ce classeur. Stupeur. J'en entrevoyais la quasi centaine.

Pas grave du tout, mais les reparcourant, je me dis que, quitte à tenter de composer un livre, je devrais partir de cette question du scorpion qui se pique, de la “posture de regimbe”. Pourquoi, au fond, l'œuvre de Dubuffet est-elle si primordiale pour moi ? pas pour le regard seulement, ni même pour l'importance des textures, ni pour le ton — c'est fondamental : le ton de Dubuffet m'a énormément appris —, ni pour la figuration anti-culturelle. Alors, pourquoi ? S'il n'est pas entièrement vain d'envisager un livre, alors il faudra au moins poser la question.

Il a donc fallu 65 textes et près de dix ans pour savoir enfin quelle question poser, et elle est misérable. Misérable renâcle. Un cheval piétinant les embûches n'aurait pas plus de peine que moi, mais c'est que lui-même peinerait aussi à nier. Tricher, ce serait là une ébauche de réponse. De la longue exploration honnête du fouillis émergerait l'idée de tricherie, trop tard venue, mal vue, mal conçue, maladroite, malfaisante quoique inoffensive.

Du nerf !

 

Suffire

Tout de même, irai-je plus loin ?

Je pense ne plus pouvoir mieux que ressasser, je songe à faire mieux que ça. Mais le pouvoir ?

Même les bilans — je n'y parviens pas.

Face à l'écran des heures chaque jour pour le boulot, alors le pouvoir, tu parles...

 

Il suffirait de posséder la puissance. Cette suffisance-là n'est tout simplement pas à portée de main.

dimanche, 12 février 2017

Avirons auripennes

« Les avirons auripennes montent et descendent, décrivant leurs ellipses, sans que nul rameur ne les manie. » (L'étoile Absinthe, p. 137)

 

Le Littré donne cet adjectif, mais pas le TLFI, qui cite toutefois une liste partielle des composés en auri-, dans laquelle on trouve aussi auritarse, auricorne, auriventre.

Dans le Littré, on constate qu'“oripeau” et “oreillard” pouvaient s'écrire auripeau et aurillard.

samedi, 11 février 2017

L'Éviction de la musique

Mec châtré que sa voix causont mon déplaisir,

De sa soupe pourrie youhouhou ç'a Amir.
___________________________

 

Rajeunit-il très de son accordéon hello

Un homme debout maître Claudio Capello.

 

Capéo gnaougnère et comme un tigre il feule

Que je lui suis demandé de ferme sa gueule.

____________________________

 

Meuf qu'elle est roule des cocards bien plus que Sting

Véronique Sanson vai petar son lifting.

____________________________

 

Victoire de la voix très überagaçante

Qu'a win Vianney sa curaillerie larmoyante.

 

Golri-je jésurevient ç'avait Bouchitey

Où que ça rimont bien avecque Vianney.

 

Gerbu-je de Vianney sa tronche de pimbêche

Où qu'à l'hostie son remerciement ç'a un prêche.

____________________________

 

Déception-je très comme le Julien Doré

Sans sa viscache a venu l'ami Ricoré.

 

____________________________

 

La routourne a tourné que Maé vermicel

Il est faire rimer Marcel avec 4 L.

 

Truc qu'il a plus pire que la dragée fuca

Christophe Maé qui jouut l'harmonica.

qui est Kafka

11.02.2016, Hagetmau, 8 h 45

le savez-vous qui est Kafka

engoncés dans des cotonnades

à lire tant de couillonnades

dans des surplis en taffetas

 

un hiver doux pour les chapkas

qu'elles se reposent salades

salamalecs mêmes œillades

vers braillés comme des hakas

 

Kafka je te suis quand tu pars

ce sont d'autres transformations

dans l'orage des nébuleuses

 

par la course des avatars

pour qu'enfin nous nourrissions

sans fard ni phrases fabuleuses

vendredi, 10 février 2017

Réussange 4

L’Ange

Fuit,

Luit,

Mange-

 

-Nuit,

Change,

Quand j’

Ouïs

 

Son

Rite,

Vite

 

En

Rang,

Cite.

Peint sur le visage, mât qui grince

Il fait froid sur les bords de Loire, un vendredi matin en février — mais à peine plus froid que dans mon bureau.

C'est donc dans mon bureau que je viens de mettre en ligne la dernière vidéo de traduction improvisée, filmée il y a une vingtaine de minutes devant la gabare sur socle qui est l'un des jalons de cette promenade, non loin du pont Wilson. Pour ces traductions sans filet, j'ai envie de varier autant que possible les lieux, les cadrages : je n'ai aucune compétence technique, mon matériel est pourri, mais je peux au moins faire un effort de conception (voire de conceptualisation). Ce matin, le nocturne avec le bruit mêlé des flots du fleuve et des véhicules sur la rue des Tanneurs — sans omettre les grincements irréguliers du mât — m'a particulièrement attiré.

 

Peu importe.

J'ai donc improvisé à partir d'un paragraphe que je venais de lire dans le tramway. (J'ai commencé, sans enthousiasme particulier, un nouveau roman de Caryl Phillips. (Nouveau pour moi — The Nature of Blood date de 1997.))

 

 

Dans cette vidéo, je finis par aborder une question qui me taraude de plus en plus, et dont François Bon parle encore aujourd'hui au sujet de ses traductions de Lovecraft : la question de l'écart par rapport à la langue (en langue source) et, partant, ce que l'on doit faire en langue cible. Ici, tout est parti de la fin de l'extrait traduit : an anxious smile painted on their faces. La métaphore de la peinture faciale est figée en anglais ; elle n'émane pas d'une recherche stylistique particulièrement innovante de la part de l'auteur. Cependant, je suis de plus en plus tenté — à rebours de la tradition universitaire — par ce que tant de collègues souligneraient en rouge en marquant CALQUE dans la marge : un sourire inquiet peint sur le visage.

 

__________________________________________________

Une coïncidence involontaire accompagne le choix du lieu de tournage, je m'en avise au moment de publier ce billet : je lis beaucoup Caryl Phillips à cause du cours d'agrégation que je donne cette année sur Crossing the River. Or, voici la Loire !

Manifestation de la vérité & séparation des pouvoirs

Cela fait 15 jours maintenant que Fillon a dit qu'il participerait à la manifestation de la vérité.

Quinze jours plus tard :

* il n'a en rien démontré l'inverse de ce que différents médias ont mis en avant (et n'a attaqué en justice aucun des organes de presse qu'il accuse par ailleurs abondamment de diffamation)

* il envoie ses avocats dénoncer l'incompétence du parquet

* il a attaqué les journalistes lundi, dans ce qui restera pour moi un jalon important dans l'histoire de la démocratie en France : comment la presse l'a-t-elle laissé s'en tirer ainsi ? comment accepter un procès en sorcellerie aussi repoussant, ainsi qu'un tour de passe-passe aussi énorme ?

* ses affidés commencent à faire tourner des "fake news" pour discréditer les médias à l'origine des révélations

 

Tout cela empeste les méthodes fascistes (ou staliniennes) à plein nez.

jeudi, 09 février 2017

Décade 4

 
  • Yaa Gyasi. Homegoing. @
  • Dominique Meens. Ornithologie du promeneur.
  • Iouri Tynianov. Le Disgracié.
  • Françoise Louise Demorgny. Rouilles.
  • Wang Yin. Parce que.
  • Dominique Meens. Eux et nous. @
  • Jacques-Stephen Alexis. L'Étoile absinthe. @
  • Derek Walcott. Omeros.

 


En 2017, tous les dix jours, je publierai — espérons que je tiendrai le rythme — la liste de mes livres lus ou en cours de lecture (d'où de possibles doublons d'une décade l'autre). Il ne s'agit pas d'une bibliographie en bonne et due forme, d'où l'absence de date de publication, nom d'éditeur etc.

Symboles utilisés : @ en cours de lecture / ° lu partiellement / achevé / ▓ repris pour travail

Comment lutter, à sa modeste échelle, contre la propagation des “fake news”

FILLON, FAKE NEWS, FB, etc. — COMMENT TENTER D'AGIR À L'HEURE OÙ DEUX PARTIS MAJEURS (LE FN ET LES RÉPUBLICAINS) SUCCOMBENT AU CHARME DES "FAITS ALTERNATIFS".

 

Je viens de voir — par le hasard qui veut que quand un "ami FB" commente quelque chose ça apparaît sur votre fil d'actualités — deux FAKES complets relayés, au hasard Balthazar, par des fillonistes patentés :

– un truc sur la fille d'Edwy Plenel qui toucherait un salaire fictif de 3.000 € mensuels

– un visuel sur les aides à la presse reçues par le Canard enchaîné

 

Pour le truc sur la fille de Plenel, l'intéressé (ou le père de l'intéressée) vient de répliquer en donnant des éléments factuels (ce que Fillon n'a toujours pas fait, en 15 jours de révélations chaque jour plus accablantes).

Pour le Canard enchaîné, il fait partie des rares organes de presse entièrement indépendants, à savoir qu'il ne reçoit pas un centime en aides de l'État mais également qu'il ne recourt pas à la publicité. Le post largement diffusé par les Républicains (qu'il va falloir rebaptiser Les Ennemis de la Démocratie) fait état de sommes reçues dont le montant est déjà extravagant, quel que soit l'organe de presse.

16664888_10208330239839173_501193023178602074_o.jpgSi on consulte le détail des aides versées à l'ensemble des titres de presse, auquel tout citoyen peut accéder, on constate que le Canard n'a absolument rien touché en 2015. En revanche, un ami me fait remarquer, via une autre source, que l'hebdomadaire a bien reçu indirectement une ristourne de 413 922 € en 2014, au titre de la « compensation du tarif postal », ce que j'aurais d'ailleurs su si j'avais lu... le Canard !

↑↑↑ article du Canard
que j'aurais dû lire avant
la première mouture de ce billet

 

Revenons-en aux “fake news”, dont la DGSE craint d'ailleurs qu'elles n'envahissent plus que jamais les réseaux sociaux avec l'aide des services secrets russes.

Que faire dans ces cas-là ? c'est très facile et ça ne prend que quelques minutes. Dès que le "post" est public, normalement on peut commenter. Quand on peut commenter, il suffit de copier-coller le petit texte ci-dessous, que je vous prête volontiers.

Il s'agit d'une information erronée, d'un fake. [insérer lien vers démenti] Je vous rappelle que diffuser en mode public sur FB des informations fausses engage la responsabilité civile du diffuseur, ce qui signifie que vous êtes susceptible d'être poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles.

Astuce supplémentaire : en cliquant sur "14 shares" 'si l'article a été partagé 14 fois, vous ferez apparaître directement tous les partages avec possibilité de copier-coller votre message d'alerte.

 

Et SURTOUT n'oubliez pas, individuellement, de vérifier et de recouper les infos à partir du Web avant de vous énerver, de commenter "tous pourris" ou de partager quelque chose de bidon.

mercredi, 08 février 2017

Sonnet en émoticônes IX

32659651341_373b2747f4_o.png

Le vétilleux exemplaire de McSorley.

Ce matin, Laurent Évrard m'apprend qu'il va organiser dans quelque temps une rencontre autour de Joseph Mitchell, écrivain américain des années 30 à 60 qui n'était pour moi, qu'à peine un nom. L'occasion en est la publication de la traduction (doublement posthume) de Bernard Hoepffner aux éditions Diaphanes (Le merveilleux saloon de McSorley), mais aussi de Street life aux éditions 33 morceaux (traduction F. Tizon).

Une rapide recherche afin de tenter de me procurer McSorley's Wonderful Saloon me révèle que

1. Le livre est disponible en français, en allemand et en néerlandais, mais il est épuisé en anglais (au prix de 53,71 € pour l'exemplaire  d'occasion le plus abordable ).

2. L'édition de langue anglaise ne se trouve, d'après le SUDOC, dans aucune des bibliothèques universitaires et de recherche de France.  (À l'exception de quelques livres obscurs d'auteurs africains que j'affectionne, je n'avais jamais vu ça.) Donc pas possible de la faire venir au moyen du prêt entre bibliothèques.