Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 juin 2016

Picares

Donc le modèle absolu ce sera le picaresque. On ne fera rien sans ce modèle. Hors de ce modèle cumulatif, de l'idée de ligne brisée appliquée à l'art du récit, rien ne sera possible. D'une part l'avalanche des informations contradictoires, d'autre part l'avancée toujours plus sûre dans la forêt épaisse. D'une part la noirceur du ciel, d'autre part les pattes-de-mouche échappées à l'encrier. Ce qu'il faudra, c'est du picaresque avec des centaines de picaros. Et pas de picaros ibères, pas spécialement. Le modèle a déjà connu bien des traductions et des transpositions, ça continue, que ça continue, que ça participe de la mixtiligne et de la ligne brisée. Un peu de souffle au cœur. Des centaines de picaros pas ibères sous la nuit de l'encrier dans une forêt épaisse. Au turbin, dans la soute.

vendredi, 24 juin 2016

comme ce.

caddie.jpg

 

j'ai. le courage de rien. de rien. je suis moi aussi comme ce caddie. cabossé comme ce caddie. comme ce caddie cabossé et aplati et démantibulé. pourtant je me promène. je trouve encore à rire. j'ai belle gueule de rire. pourtant cabossé. pas pouvoir dire je très longtemps. la belle gueule de rire aplati. c'est ainsi.

jeudi, 23 juin 2016

Ocelot & vautour pape

Ah, comme Lancelot

Est brave, avec sa cotte !

À Amiens l'ocelot

Bébé en juin clabote.

 

 

Ah comme j'ai bandé

En célébrant Priape !

Il paraît qu'en Vendée

Est né un vautour pape.

mercredi, 22 juin 2016

Marquants

Le gros lol du soir, c'est la pétition demandant d'accorder le bac scientifique à tous les candidats, pétition entièrement truffée de fautes de niveau CE1 et de phrases sans aucune syntaxe. Cherchez sur le site de pétitions en ligne Change. Je ne vais pas faire de la pub à cette imbécilité.

Le deuxième gros lol du soir, en zappant, ce sont les gros blaireaux de L'Équipe 21 qui, parce qu'ils n'ont pas le droit de diffuser des images, dessinent le schéma des buts sur un tableau blanc avec un marqueur.

Sans filet

7 h 20

Du soleil dès  7h du matin, des piétons qui passent dans la rue sans écharpe un 22 juin, il me semble qu'il n'y a aucun doute : la veille du Brexit, la ville de Tours a dû voter pour quitter la région Centre.

 

11 h 50

Pour servir et contribuer à une histoire de la météorologie en France. En 2016, en Touraine, le printemps aura duré très exactement 4 heures, avec un pic de température à 26°, et avant une averse d'orage à midi. Le retour de l'automne est prévu pour l'après-midi.

mardi, 21 juin 2016

Houellebecq photographe ?

houellebecq.jpgContent je très bien si je suis fait des photos

Où que j'alle exposer au palais de Tokyo.

 

houellebecq 2.jpg

 

J'ai grand artiste bientôt au palais nippon

Si j'ai faire tout un tas de photomaton.

... on voit que ça barde .......

c'est parti pour la ribouldingue

& le safari des connards

je débrancherai mon sonar

tout cela me sort par le fingue

 

le poème qui se déglingue

crache à ta face salonnard

(s'il le pouvait, ah quel panard)

et te massacre la meringue

 

aujourd'hui on voit que ça barde

d'une métrique furibarde

ma tchatche bam comme au bowling

 

& dans la lumière blafarde

d'un été en aquaplaning

livre un combat d'arrière-garde

lundi, 20 juin 2016

....... pour les durs à cuire ...

Laisse ton monde pour celui

de la neige et de la tempête

de la fièvre ou bien de la fête

sans doute l'espoir s'est enfui

 

Dans les nausées de la défaite

peut-être qu'une flamme a lui

Dans le labyrinthe de buis

déjà l'ancien festin s'apprête

 

Poème pour les durs à cuire

tandis qu'intérieur agonise

Un tango tout en entrechats

 

Ce n'est pas la brosse à reluire

ni votre dernière dialyse

Qu'on essuiera sous les crachats

dimanche, 19 juin 2016

Mon panda au Canada ♫

Marcel, le temps perdu,

Tu en montras la beauté.

Selma, la loutre du

Canada va claboter.

 

Afin d'interpréter Don Juan

J'ai revêtu maintes breloques.

Aux dernières infos Huan Huan

N'est toujours pas vraiment en cloque

 

Fata Morgana 1966/1976

Ce matin, j'ai écrit rapidement un billet pour évoquer le texte que Bonnefoy vient de donner aux éditions Fata Morgana, avec (et au sujet) des gravures d'Alechinsky.

Hasard (moitié de hasard, en fait), nous nous sommes promenés cette après-midi après le déjeuner rue Colbert, pour la foire aux livres, et j'y ai dégotté, entre autres, un petit livre de poche dont j'ignorais l'existence, un 10/18 anthologique paru en 1976 pour commémorer les dix ans d'existence des éditions Fata Morgana, et qui contient, entre autres, une non-préface géniale de Butor et – en épilogue – un entretien entre Bernard Noël et l'éditeur, Bruno Roy. L'anthologie s'intitule sobrement Fata Morgana 1966/1976.

Mon épouse a aussi déniché, pour sa mince et débutante collection d'ouvrages de conseils aux maîtresses de maison, La bonne maîtresse de maison de la comtesse de Lennery, exemplaire assez abîmé d'un ouvrage dont le vendeur lui a garanti qu'il était antérieur à la guerre de 14. Les recherches sur Google se sont avérées assez peu fructueuses (il faudra que je mette en marche des outils bibliographiques plus scrupuleux), que ce soit sur la date exacte du livre ou sur son auteur, mais j'ai ainsi découvert que mon collègue historien Robert Beck, dont je ne croise plus le chemin que très épisodiquement, était l'auteur d'une Histoire du dimanche de 1700 à nos jours dont le sujet est très intéressant, et qui recense, dans sa bibliographie, cet ouvrage de l'énigmatique (sans doute est-ce un pseudonyme) comtesse de Lennery.

J'ai aussi acheté le recueil d'essais de Henri Lopes, Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois, paru en 2003 et dont j'ai le plaisir de voir qu'il a été réédité ; cet exemplaire date de 2009. J'y trouve le sujet de ma prochaine traduction vidéo, le texte autobiographique qui s'intitule “Métis”.

3900 / Fata morgana

Pour nos vingt-quatre ans de vie commune, C* m'a offert hier le dernier livre d'Yves Bonnefoy, Alechinsky, les traversées

or, c'est un ouvrage de chez Fata Morgana

(de nombreuses gravures d'Alechinsky y sont reproduites)

et les pages ne sont pas coupées, depuis que je suis levé, ne voulant pas faire de bruit dans la cuisine ni précipiter les choses, je me tâte, laguiole sans dents ou alors couteau de cuisine en céramique,

car il va falloir les couper, ces pages, comme jadis les Budé des éditions des Belles-Lettres ou les Gracq de chez Corti,

et dès hier j'ai feuilleté l'ouvrage, regardé longuement telle gravure, lu déjà, in the middle of nowhere, tel et tel paragraphe du texte de Bonnefoy

(comment peut-on feuilleter et même lire un livre aux pages non massicotées

(je vous le demande un peu) ?

c'est très facile, en fait, cela se fait d'un doigt délicat et d'un oeil expert

(vous imaginez qu'avec le netbook que je n'avais pas utilisé depuis des mois je ne peux pas accéder au raccourci clavier qui me permet de faire proprement l'e dans l'o

(est-ce si grave ?) et donc j'écris oeil au lieu du mot correctement orthographié avec l'e dans l'o

(d'ailleurs le correcteur orthographique souligne ce mot mal typographié, mal orthographié, on s'éloigne de Bonnefoy et d'Alechinsky et des pages non massicotées et de quel couteau de cuisine à manche de bois ou de corne au fond du tiroir central de la cuisine)

mais je rectifierai plus tard (même dans le netbook il aurait suffi d'écrire ce texte dans un document de traitement de texte, maintenant le texte s'est écrit comme ça, j'ai la flemme)))

comme j'ai la flemme, pour l'instant

ce n'est pas une flemme, c'est un suspens, une attente, un retrait

la flemme ou le suspens ou quoi, enfin bref j'attends et je n'ai pas encore décidé comment je couperai les pages non massicotées du dernier livre de Bonnefoy chez Fata Morgana

ça attendra

& pourtant plus haut pas la flemme de recompter le nombre de parenthèses que j'avais ouvertes afin de toutes les refermer d'un coup

(forme de flemme là aussi)

pour ça je vous l'assure, plus que pour massicoter ou couper au couteau en céramique ou pas en céramique d'ailleurs, j'ai l'oeil

(ce texte pas une gravure de mode, cette main qui hésite pas victime d'un mirage)

ou l’œil.

 

samedi, 18 juin 2016

Riche garniture de fruits

En retard de deux jours pour Bloomsday, mais à temps pour le week-end de la rhubarbe...

He looked still at her, holding back behind his look his discontent. Pungent mockturtle oxtail mulligatawny. I'm hungry too. Flakes of pastry on the gusset of her dress: daub of sugary flour stuck to her cheek. Rhubarb tart with liberal fillings, rich fruit interior. (Ulysses)

18:11 Publié dans Ex abrupto | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 17 juin 2016

Quelle féerie d'erreurs

(14 juin, entre Coppée et Christ-Roi)

Quelle féerie d'erreurs

Le temps qui ment à sa monture

le vent démêlant l'encolure

Le spectre l'amour les labeurs

 

& les labours l'agriculture

Les fous qui sèment la terreur

J'aimais ton souffle vendangeur

Toi qui n'es pas ma créature

 

Dans le tramway auriez-vous l'heure

Votre corsage comme un leurre

Et la sonnerie du départ

 

Ma voix n'a rien qui me rassure

Sosie qui vous sert de rempart

En bafouillant fait des ratures

 

jeudi, 16 juin 2016

Trois distiques ribéryens de mi-juin

Comprendu-je ne pas que Joël Robuchon

N'est pas sert la compote avec l'hélibouchon.

 

Golri-je beaucoup le sénateur du Loiret

Über vieux ressemblut à Jiminy Cricket.

 

On a la pub pour PMU Tonio Griezmann

On a ieuv qu'il est habillu en Biouman.

mercredi, 15 juin 2016

Roumanie / Suisse en 8 distiques

Golri-je très beaucoup que la passe à Stancu

Mal maçonnée l'a fini un peu dtc.

 

Jean-Pierre a sorti de sa carpace cistude

Qu'il est dit le hors-jeu ç'avait la certitude.

 

Le carton a possible en méthode Coué

Même comme Behrami a très tatoué.

 

Rudi Garcia il a philosophe magueule

Qu'il dit que les chaussures sort pas toute seule.

 

Depuis qu'il est maté le foot le vieux Maldan

Pour les likes aux distiks je suis fait ramadan.

 

Logique trouvu-je que l'équipe ketchup

Ça celle qui auront victime du holdup.

 

On est soif qu'on est défend le joueur Chipciu

Mais qu'avec il faut Affligemciu ou Leffciu.

 

Je sache qu'au suivant ça la chanson de Brel

Et qu'au remplaçant il s'appel Embolo Breel.

mardi, 14 juin 2016

Surveillance de salle 70

J'étais dès 7 h du mat

devant le parvis de la fac

avant d'installer 8 rangées

de tables (salle d'examen)

 

Je n'y ai pas sali mes mains

vaches ne sont pas enragées

faut qu'ça s'fasse, d'ac ou pas d'ac

au rattrapage échec et mat

 

aux feuilles bleues et 8 par 8

à faire entrer toutes les 10

minutes les candidats

 

Je préférerais dans les draps

bien sûr la tendresse des lys

& tête à tête le coït

 

lundi, 13 juin 2016

Hilton

J'ai bien fait de photographier ce matin les graffitis inscrits sur la palissade devant le chantier du Hilton, car ce soir ils ont été effacés.

Mes photos ne sont probablement pas la seule archive de ces messages revendicatifs, mais je suis heureux d'en avoir conservé en partie la trace.

dimanche, 12 juin 2016

Sonnet vaguement gastronomique

Ah, que c'est bon, l'oignon grelot !

— Et délicieux l'ail en chemise !

Voyez-vous, c'est partie remise

À devoir tirer le gros lot :

 

Voulez-vous qu'on économise

Sur ce qui me remet à flot ?

Franchement, ce serait ballot,

Et ma bouche y est insoumise.

 

De tout l'oignon est l'origine

Dans la quiche ou dans la tagine,

À en savourer son fricot.

 

L'ail, jaune, rose ou rocambole,

M'enhardit sous le calicot

Pour un poème en parabole.

 

vendredi, 10 juin 2016

“Des ombres sur les lam...”

Des ombres sur les lam-

Padaires, sur les orbes,

Dans un manque d'allant

Pour cultiver l'euphorbe

 

Et dire à ce chaland

Qui jouerait du théorbe

Que mon rêve s'élan-

Ce vers ce qui l'absorbe.

 

Ô, n'était-ce ce rê-

Ve illuminé de nuit,

De terreur qui s'enfuit

 

Face à ce qu'écrirait

Pour vaincre mon courage

Ton œil dans son ombrage.

 

 

mercredi, 08 juin 2016

Quatre quatrains animaliers de juin

Avec sa lanterne, pas veule,

Diogène marchait, disant « Je cherche un homme ! »

Quand sa mère l'a dans la gueule,

Le panda nouveau-né ressemble à un chouinegomme.

 

Ô, qu'un poète raffiné

Maniera spondées et tribraques !

Au zoo de Leipzig est né

Un bébé tapir à chabraque.

 

Cyrano, ton tarin,

Était-ce une montagne ?

Deux petits tamarins

Sont nés près de Romagne.

 

Jadis, je jouais du rebec

Et j'écrivais de la philo.

Le bébé morse du Québec

Pèse au moins septante kilos.

mardi, 07 juin 2016

Montlouis, un soir

Sept heures du soir ——— À Montlouis depuis 25 minutes, j'ai croisé 14 personnes dont 4 se plaignaient de la chaleur.

Bizarre, comme la plupart des gens d'ici (les Tourangeaux ? les ligériens ?) ne supportent pas le moindre rayon de soleil...

Au demeurant, le bourg de Montlouis autour de sept heures du soir offre un chronotope assez savoureux. Rue principale en travaux, chats errants maigrelets à toutes les fenêtres, charcutière qui n'avait de toute évidence pas l'intention de servir un client un quart d'heure avant la fermeture (et pourtant, en vitrine, COCHONNAILLES DE MONTLOUIS ça faisait envie), allées et venues devant l'école de musique, vieux panneaux métalliques des années 50...

lundi, 06 juin 2016

6 juin 2016

Ce 6 juin, enfin, a vu le retour du soleil, et d'un début d'épaisseur dans l'air, tandis que, toujours aussi haute, la Loire baigne, entre autres, les aulnes et les peupliers, ainsi que la promenade cyclable, de chaque côté.

 

Il y a onze ans, le 6 juin était très estival, et je me rappelle ce début, dans l'euphorie.

Plutôt du mal à m'y remettre en ce moment, alors que les formes et les cadres existent, pléthoriquement même.

 

Le vert des feuilles du néflier triomphal me renvoie, de l'autre côté de la vitre, à tout ce qui reste possible, et au vert qui n'a cessé d'être la bannière de ces carnets.

Du nerf (au f muet), reprenons.

19:10 Publié dans 10 ans | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 30 mai 2016

Caryl Phillips, premiers pistages

Depuis quelques jours, j’ai enfin pris le temps de me lancer dans l’œuvre de Caryl Phillips, écrivain britannique que l’on qualifie aussi parfois de “Black British”, d’origine antillaise, mais qui a enseigné et écrit pas mal aux États-Unis… bref, cette question des définitions identitaires est, comme on peut le supposer et comme sans doute l’histoire littéraire en retiendra le caractère essentiel pour les générations d’écrivains des années 1970 aux années [reste à compléter], au centre de son travail.

Le prétexte – fortement agissant – de cette plongée est le fait que je devrai préparer, s’il y a des candidats, les agrégatifs de l’option Littérature du pôle mutualisé Limoges-Poitiers-Tours à l’œuvre mise au programme, Crossing the River. En général, les cours d’option débutent seulement en janvier, mais comme il faut, dès début septembre, voire avant, donner des indications de lecture aux étudiants, et comme d’autre part ce mois de juin devrait être plutôt calme sur le front du boulot, je m’y mets d’arrache-pied maintenant.

Pas encore relu Crossing the River, que j’ai lu il y a une dizaine d’années et qui m’a laissé un souvenir diffus. Préféré, pour l’instant, arpenter le territoire d’autres livres de C. Phillips. Commencé par Dancing in the Dark, portrait en kaléidoscope de l’itinéraire du grand comédien noir américain – originaire des Bahamas – Bert Williams. Dans sa structure, ce livre va certainement m’éclairer sur les choix de point de vue et de voix qui figuraient déjà dans Crossing the River.

Actuellement, je lis les essais rassemblés dans Colour Me English et The Atlantic Sound, un texte très étrange mêlant fictions, récit de voyage et réflexions historiques sur la traite et le commerce triangulaire ; le moins réussi, pour l’instant, est le passage narratif de la première partie dans laquelle Phillips raconte le séjour à Liverpool, en 1880, d’un jeune Ghanéen venu tenter de récupérer les fortes sommes perdues par son père après affaire avec un marchand anglais véreux. (Pourtant, quel beau sujet...)

Pour le style autant que pour le regard, Phillips m’évoque les récits de Naipaul, le Calcutta de Chaudhuri — pour la recherche d’une signification englobante lyrique, les aphorismes et les envolées d’un Ben Okri — et, pour le travail autour de l’identité très particulière du prolétariat du nord de l’Angleterre, la prose quasi ethnographique d’un Stuart Maconie. Curieusement, son anglais, précis, recherché, s’autorise de curieuses ruptures, comme le non-respect quasi systématique de la règle de grammaire sur les pronoms relatifs who et whom.

vendredi, 27 mai 2016

27052016 / 1742

Screenshot_2016-05-27-17-42-51.pngIMG_20160527_174301.jpg

 

 

 

 

 

                                        Pas atteint rue de Védrines, en route pour le conseil d'école, où je siège en tant que représentant élu des parents d'élèves, au moment de longer une maison dont l'alarme (ou était-celle d'une voiture garée dans la cour ?) nous vrillait les tympans, à moi et à d'autres passantes encombrées de leur poussette.

17:57 Publié dans 5005 pas | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 24 mai 2016

D'un Cingal l'autre ▓ Ma nuit entre tes cils

Il y a quelques années, mon père, se trompant dans mon adresse mail, eut un échange hallucinant avec mon homonyme, un Guillaume Cingal ingénieur à Toulouse. Persuadé que c’était bien moi qui lui faisais une blague en prétendant être quelqu’un d’autre, mon père, qui n’est guère pétri de doutes, avait écrit cette phrase restée dans les annales de la famille : « Je n’ai pas de trou de mémoire : tu es bien mon fils. » Plus récemment, à la Toussaint je dirais, ce même homonyme, pauvre garçon qui doit décidément trouver encombrant son Doppelgänger gascon/tourangeau, m’a écrit pour me dire de rappeler mon adresse électronique précise à mes étudiants, car il y avait encore eu plusieurs erreurs.

Hameau de Cingal. Moulines (Calvados), dimanche 19 juillet 2009. Des Cingal, je n’en ai pas croisé beaucoup, n’ayant jamais vécu en Normandie, bastion originel de la famille. À l’époque du Minitel, je m’étais amusé à faire une recherche dans l’annuaire : un seul Cingal dans les Landes (mes parents), un seul en Gironde (moi), un seul dans les Hauts-de-Seine (ma sœur) etc. En revanche, des dizaines et des dizaines de Cingal dans le Calvados (où je me suis autoportraituré en 2009 à côté du panneau indiquant le lieu-dit, mais aussi avec mes fils devant la maison de mon arrière-grand-mère, à Chicheboville, où j’ai passé plusieurs jours pendant plusieurs étés consécutifs de mon enfance) et la Seine-Maritime.

Pendant ma thèse, je fréquentais – irrégulièrement (travailler en bibliothèque m’a toujours pesé) — la bibliothèque de l’INALCO, et avais alors découvert l’existence, la coprésence même, dans le vieux fichier aux cartons jaunis, d’un Cingal, Grégory Cingal, dont j’ai découvert tout récemment, à la faveur d’un voyage à la Rochelle, et d’un passage dans l’excellente librairie Calligrammes, qu’il est l’auteur d’un premier livre, Ma nuit entre tes cils, texte qui navigue entre le roman, la chronique et l’autofiction. Autofiction, puisque l’on voit, à la page 60 (comme le département de l’Oise — entre 1997 et 2003, il y avait un seul Cingal dans l’Oise, toujours selon le Minitel), la femme aimée et morte dont le livre dresse, de façon très émouvante, le portrait autant que le tombeau, donner une série de surnoms au narrateur : « grégouille, gregjoli, greg saint-graal ».

Bien sûr, la coïncidence – simple, à condition que ce Grégory Cingal soit le même que celui qui fréquentait l’INALCO – m’a amusé, et je fais partie de ceux qui peuvent lire le passage cité en le rapportant à leur propre expérience patronymique. Combien de fois dans ma vie ai-je dû, après avoir pourtant épelé mon nom convenablement et distinctement, faire rectifier le S inscrit en tête par mon interlocuteur en un C, sans doute du fait qu’en entendant le nom, l’immense majorité songe à un nom en Saint, même sans connaître la ville suisse (devant le panneau d’entrée de laquelle nous fûmes photographiés, en 1983, mon père, ma sœur et moi — mon père cachant le ‘en’ final du St. Gallen germanique) ? Combien de fois, dans mon enfance, ai-je entendu de quolibets sur cigale et cinglé, alors que mes fils me disent n’avoir jamais rien ouï de tel, ce qui ne cesse de m’intriguer : appauvrissement lexical des jeunes générations ou plus grand respect du nom de l’autre dans une société multiculturelle ?

13245345_10207560043773080_8424044630147788896_n.jpgAprès avoir noirci une pleine page de ces considérations oiseuses, je crains, si l’auteur de Ma nuit entre tes cils tombe dessus, qu’il ne s’imagine lui aussi abandonné, son livre – tout à fait émouvant et bien écrit d’ailleurs – relégué dans la marge au profit des élucubrations onomastiques du Cingal tourangeau/gascon. Pour ne pas encourir trop ce reproche, je préfère citer un passage du livre en encourageant ceux de mes lecteurs qui m’ont de temps à autre exhorté à démarcher des éditeurs de reporter leur déception de ne jamais voir mon nom sur une couverture sur ce beau petit texte des éditions Finitude. Réminiscence indirecte du très bel et très drôle essai Comment massacrer efficacement une maison de campagne en dix-huit leçons, ce passage qui décrit escapades et errances dans la campagne vendéenne – la Vendée, département dans lequel je n’ai jamais mis les pieds et où, vérification faite dans les Pages blanches, il n’y a aucun Cingal répertorié – pourra plaire aussi aux rinaldo-camusiens canal historique :

Seuls parmi les sentiers de son marais vendéen, à bord de l'antédiluvienne 205 grand-maternelle qui tremblait dès qu’on passait la troisième, stoppant à tout bout de champ la voiture pour s'embrasser, écouter le coassement des crapauds, contempler les écharpes de brume qui s'enroulent aux roseaux. Ou bien pour visiter quelques vieux mas à l'abandon aux murs dépecés par l'herbe folle, comme avalés par le temps, aux portes si étroites qu'on y pénétrait instinctivement de profil, aux cloisons effondrées par le zèle remarquable des pilleurs qui allaient jusqu'à desceller les frontons ouvragés des cheminées de pierre. Beauté poignante de ces ruines si préférable à la vogue de la pierre apparente qui se répandait comme un feu de brousse aux façades des maisons habitées, éradiquant un à un le crépi grisé de son enfance, vogue qui ne la révoltait pas moins que ces meubles anciens relookés au dégoût du jour, au point que je redoutais presque, lorsque nous passions à proximité de l'un de ces braves propriétaires occupé à gratter son mur, qu'elle ne baisse sa vitre pour l’abreuver d'insultes, ou qu'elle descende carrément de voiture pour lui arracher des mains sa maudite ponceuse.

(Grégory Cingal. Ma nuit entre tes cils. Finitude, 2016, pp. 37-8)

24052016 / 841

Screenshot_2016-05-24-08-41-06.pngIMG_20160524_083809.jpg

 

 

 

Pas atteint après avoir discuté avec la mère de Baptiste et Sandro, en marchant rue Ronsard, remontant vers le lycée Vaucanson. Un bois sauvage a fini par devenir square —— dépeuplé de bêtes —— peuplé de bancs. Tôles partout. À ce moment précis je me trouvais dans la contre-allée située derrière la longue file des magasins de camelote de la zone d'activité, où l'on trouve des cartons défoncés remplis de cintres rouillés, toute la poésie des banlieues saccagées, sous le ciel froid.