Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 avril 2015

Le parano des Samsonite

Le questionnaire se trouve ICI.

    • Je ne crois pas avoir tenu dans mes bras un animal hors du commun ; une diapositive me représente tout petit avec un lionceau, à Longleat. Mais nul souvenir.
    • L'Australie.
    • Je ne suis pas un parano des Samsonite.
    • Un peu cuit, mais bien.
    • La couleur des aliments est un critère occasionnel.
    • Oui, j'ai refusé en 1999 une offre de poste au lycée Stanislas, qui représentait pourtant quatre fois mon salaire du moment, principalement car je ne me voyais pas travailler dans cette ambiance et ce milieu durablement.
    • Je fleuris occasionnellement ma maison. Récemment, de beaux lys — là, des lilas blancs de mon jardin.
    • Je pratique souvent le boycott, par exemple des produits à base d'huile de palme ou d'huile de coco en raison de la déforestation.
    • Une rue porte mon nom, dans la petite commune de Saint-Genouph.
    • Je pourrais être gardien de prison ; il ne faut jamais dire fontaine.
 

lundi, 20 avril 2015

Beignets & diacritiques

2015-04-20 18.15.11.jpgAprès un tour pour rien (en raison d'un tournage de film dans la rue des Ursulines), fini par trouver une place tout près du site Jules-Simon, posé le billet pour le professeur de solfège, couru avec O*** jusqu'au site du Petit Pré, attendu le professeur de hautbois pendant qu'O*** s'accordait avec le pianiste, repris en sens inverse sous le parfum entêtant des glycines (dont j'ai appris ce même jour aussi qu'une tradition culinaire locale (?) en faisait des beignets), et, O*** posé à temps pour son examen de solfège, posé son instrument dans la Prius, promené un peu, allé au 99 (longue conversation à propos des Leba) avant de m'asseoir sur un banc de la place François-Sicard —— le soir même, lors de la lecture théâtralisée des textes de la résidence Stéphane Bouquet, un des étudiants lisant son (beau) texte a manqué se tromper dans l'itinéraire, commencé par redire place Foire-le-Roi alors que le point d'aboutissement et d'orgue de son récit était justement la statue de Michel Colombe, en face de laquelle toujours je m'installe.

2015-04-20 17.26.15.jpgSur le banc, j'ai photographié l'exemplaire emprunté de tome 2 du Génie du lieu, déjà lu naguère mais que je voulais relire dans l'exemplaire Gallimard d'origine (j'ai le tome VI des Œuvres complètes), au titre impossible à reproduire, car ce diacritique double a sans doute été inventé par Butor ; je me suis avisé alors, en prenant la photo, que je ne m'étais jamais interrogé sur cette superposition de l'accent aigu et de l'accent grave au-dessus du u ; fainéant total, je n'ai pas encore cherché.

orange.jpgAprès un bon moment de lecture en plein soleil, je suis allé lire debout au coin de la rue des Ursulines, vu passer une dame tout à fait emblématique du quartier à cette heure-là, six enfants entre deux et huit ans, dont une, petite, qui braillait à s'égosiller et que sa mère reprenait sans cesse (Garance ! Garance !). Puis s'engouffrèrent tous les sept dans un monospace mal garé.

Un temps magnifique, qui ne va pas durer. —▬—▬— vert.jpgSur les bords de la Loire, deux saxophonistes pieds nus, à la tombée du soleil, y allant d'un duo éclatant (l'un des deux : Paul).

 

Fait marquant

Je viens de prélever, presque au hasard, dans un paquet de 33 copies de première année, sept phrases correspondant à la traduction d'un même extrait d'article. Il s'agit d'étudiants bacheliers qui ont choisi une filière spécialisée dans les langues vivantes. Ce que ce bref florilège dit de l'enseignement des langues dans notre pays, et de la valeur des diplômes (certaines copies ne sont d'ailleurs  pas si éloignées de la moyenne), je le laisse à l'appréciation de mes lecteurs.

    • "this time the most important fact is the househol are sensibly less many to consider that the unemployement gone worst"
    • "The fact more noticiable this time : households are sensitively less to think that disemployedment will keep increase."
    • "Fact the more important this time : the households are essentialy less numerousous to considerate that people without job will rease."
    • "Fact the most hitting this time : households are sensibly less several considering that unemployment is going to increase."
    • "The more important factin this way : the french people are sensibly less in total considerating that the growth in future."
    • "Most shocking fact this time households are a lot less numerous to be considered that the non-employment will rise."
    • "Fact the morest chock this time : households are sensitives less numerous to considerate that no have a work will to growth."

 

Le texte original : « Fait le plus marquant cette fois : les ménages sont sensiblement moins nombreux à considérer que le chômage va augmenter. »

11:14 Publié dans WAW | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 19 avril 2015

Île toujours

Le questionnaire est ICI.
 
  • Indulgent.
  • Les bobtails.
  • Pas de testament.
  • Non.
  • Paris.
  • Non, jamais perdu connaissance
  • Pas de rituel particulier pour mes soirées en famille, ni les rares à recevoir.
  • Oh, plusieurs motifs de vouloir gagner au loto : fonder une maison d'édition pour publier ce qui ne trouve jamais d'éditeur à mes yeux ; donner largement à des initiatives scientifiques favorables à la protection de la nature ; acheter des centaines d'hectares et en faire un sanctuaire.
  • En rien.
  • Ce que je vois : une femme nue.

 

21:37 Publié dans Ex abrupto | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 18 avril 2015

Promotion sur les dictionnaires

araigné.jpg

vendredi, 17 avril 2015

Distique-zer

Comme qu'Alceste on veule fuir à un dézer

Pour n'entendir plus les lycéens dire “zer”.

jeudi, 16 avril 2015

Hohvaness

Vijag [37]. Etchmiadzin, Էջմիածին [62]. Talin, Թալին [93]. Sonate pour 1 orgue et 2 hautbois [130]. O for a Shout of Sacred Joy [161]. Bardo, བར་དོ་ [192]. 20e Symphonie [223]. Trio “Tumburu”, तुम्बुरु [264]. Fred the Cat [301]. Blue Job Mountain [340].

mercredi, 15 avril 2015

Réunion

Ç'a triste sûrement mais faut avoir crétin

D'être été allé surfé parmi les requins.

mardi, 14 avril 2015

Notation

« J'ai eu 25,5 sur 23, ce qui revient à 20/20. Donc je n'ai perdu qu'un demi-point possible en comptant les bonus. »

Comprendre le système de notation ne permet-il pas d'intégrer Polytechnique directement ?

lundi, 13 avril 2015

Soleil frais, banc

Peu à dire, car je n'ai rien écrit sur le moment (c'est mal).

Un mot trivial pourrait résumer, peu ou prou, ce que je fabrique ces lundi soirs : je glandouille.

La glandouille.

Il glandouille.

dimanche, 12 avril 2015

Instantanés / Quatre distiques

Croivu-je qu'il est été depuis longtemps mort

Gary Cooper maintenant s'il joue pianofort.

 

On a pète-nèfle et rasoir façon silex

Que dans tous les magasins Charli XCX.

 

Que le vieux voisin qui motoculte en casquette

Je trouva plus bombasse Johansson Scarlette.

 

On a miam miam la fougasse et le minestrone

Et bien cassos de préférir le toblerone.

vendredi, 10 avril 2015

Deux quatrains animaliers (Wirri-Wirri)

Nos amours et nos tralalas,

Ah, ne faut-il qu'il m'en souvienne !

Wirri-Wirri le koala

S'en va pour le zoo de Vienne.

▬▬▬▬▬▬▬

 

Qu'on me serve un daïquiri

Avec un toast de tapenade !

Saviez-vous que Wirri-Wirri

Cela signifie “la tornade” ?

 

jeudi, 09 avril 2015

Le Parisien...

Parisien.jpg

La devise du Parisien : “le Bescherelle, il ne passera pas par moi”.

mercredi, 08 avril 2015

Danser le charleston

What shocks me even more than a police officer shooting an unarmed innocent from behind is the mayor of Charleston simply stating that the aforementioned officer “made a bad decision”.

A bad decision ???!??? He is a MURDERER, you moron !

mardi, 07 avril 2015

Hors Sénat

La semaine dernière, le Sénat vidait la loi sur la pénalisation des prostituées de son contenu en remettant même au menu le délit de racolage passif.

Aujourd'hui, le président du Sénat remet en cause la liberté de la presse et l'indépendance de la justice.

Finalement, je vais devoir donner raison à mon fils aîné, avec qui j'avais eu un désaccord il y a quelque temps : il faut supprimer le Sénat.

lundi, 06 avril 2015

Le français tel qu'il s'entend

« Meilleur il sera au centre de la commune, meilleur nous pourrons le vendre à bon prix. » (agent immobilier interrogé sur France 2)

.

Pâques à Loches

Donc, au moment où, d'ordinaire, je traîne mes guêtres du côté de la cathédrale (ou de l'archevêché (ou de la gare)), je conduisais Éric rue d'Entraigues (très au bout de cette rue), après avoir passé la journée avec lui, et en famille, à Loches, qu'il n'avait jamais visitée.

Le lundi férié décale ou interrompt les usages monotones du monde.

 

dimanche, 05 avril 2015

Entre les gammes

Moment parano.

Hier, Fersen a chanté environ 25 chansons, et aucune de mes préférées. Thomas, c'est un complot.

6 du dernier album, et ni “Mais oui, mesdames” ni “Joe-la-classe” ?

5 du précédent, et ni “Sandra” ni “Brouillard” ?

1 seule de 3 petits tours, et du coup ni La malle ni Gratte-dos ni Ce qu'il me dit ?

Sur Le pavillon des fous, ni Le tournis” ni Mon macabre ?

Et Né dans une rose aux abonnés absents ?

samedi, 04 avril 2015

Sept distiques ribéryens sur une innovation laitière

On a la Bourbansais le méga dégueulis

Qu'est fait au lait de girafe les chambourcis.

*

 

Plus dégueu que le lait ribot j'ai sans malice

Au colostrum de girafe les petits suisses.

*

 

Gerbe que préféru-je être hara-kiri

Qu'on me ferit bectu la Girafe-Qui-Rit.

*

 

Balzac drogué alignerit des paragraphes

S'il s'avait shooté aux yaourts à la girafe.

*

 

On a dur que le zoo breton innova

Par du lait girafon dans les Maminova.

*

 

Demandu-je à l'épicier monsieur s'il vous plaît

S'il a la girafe le Panier de Yoplait.

*

 

On va coûtecher plus le prix de l'Activia

Si que la laitière est fait la traite au Kenia.

vendredi, 03 avril 2015

Distiques ribéryens : Juppé & Nico

On a pénible Juppé qu'il a un butor

Si qu'il veule appeler Nico son labrador.

 

*

Pénible que j'a trouvé ça complètment nase

Qu'on est fait le débat avec petites phrases.

 

*

On le trouve bourges Sciences Po très cador

Juppé de sa vanne avecque le labrador.

 

*

Humour qu'il est fait fuser ce truc illico

Qu'à l'Élysée j'appel mon clébard ? quoi ? Nico !

 

*

Tandis l'autre s'énervit les facs le tchador

Alain vieux schnock plaisantit sur les labradors.

 

*

Entre le populiste et Alain très huppé

On a mal barré la journée de la juppe hé.

 

*

Tandis les fafs sont voulus bâtir miradors

On n'est rien mieux qu'on dit que parle labradors ?

 

jeudi, 02 avril 2015

« Ce caparniome »

Mon fils cadet revient de l'école et cite en pouffant, de manière répétée, un “Max et Lili” : — Mais qu'est-ce que c'est que ce caparniome !

Une fois relevée la prononciation correcte de « capharnaüm » (et la règle selon laquelle PH se prononce toujours /f/), on a pu apprendre, dans le Robert culturel, que le sens du mot, en français, provient sans doute d'une influence berrichonne : Capharnaüm, la ville de Galilée + “cafourniau” (berrichon : débarras, pièce en désordre).

 

Le cabajoutis est à l'architecture parisienne ce que le capharnaüm est à l'appartement, un vrai fouillis où l'on a jeté pêle-mêle les choses les plus discordantes. (Ferragus)

mercredi, 01 avril 2015

L'Europaleague (distiques retrouvés du 3 avril 2014)

Comme que Déméter blonde blés qu'à Cérès

Carton jaune recevi Turin Cacérès.

 


Virginia qu'elle aurut crié "les Gônes, allons !"

Qu'on a dur défendir avecque Gonalons.

 


Über-dégueu ç'a véritablement la crête

Hideuse de Pogba que le rasoir apprête.

 


Blessuré à coup sûr si que la jambe man-

Que protège-tibia avec l'enjambement.

 


J
uventus que n'est pas Old Lady sorbonnard

Si que Grandazzi footeux pas mégabonnard.

 


Hugo dit-me sa crête ont abominatrice

À Pogba qu'il étut plus laid qu'une Mantrisse.

 


Hip-hop que je disus comme la Marquise — yo ! —

Sortut à five o'clock contrée par Marchisio.

 


Charmes que cicatrice et je Franck Ribéry

Si ne pas me prendir pour de Paul Valéry.

 


Bien que si je n'ont pas votu pour Stéph Ravier,

D'écrivir Vučinić sans raccourcis clavier.

 


Hugo savant-il plus que je que moi daron

Me disut sur le "c" s'appellont un caron.

 


Un caron ? m'étonnus-je, où que d'avoir perplexe

Si que bien je pensus inversé circonflexe.

 


Bad Gones de sifflir où j'étions fatigus

De huées quolibets hurlements suraigus.

 


Paraît-on Wikipedia que ce Vučinić 

Commençut sa carrière au Sutjeska Nikšić.

 


Hugo m'est tendu livre NRF que je trouve

Du mouvement l'immobilité de la Juve.

 


Depuis qu'a entré sur le terrain Vučinić,

Le goal Lopes trouve on a dur et life's a bitch.

 


Cafouillis défensifs façon Jean-Marc Ayrault

Pour que tu te trouvis menu 1 à zayrault.

 


Comme on joue pressé trop contre la Juventus

On a le score dur bien au fond de l'anus.

 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

mardi, 31 mars 2015

Pandas PVC

De retour du garage (où j'ai déposé la guimbarde (réparée il y a 10 jours avec un boîtier papillon d'occasion — le tout avec dépannage, 330 euros tout de même), de nouveau calante et possiblement claquante), j'ai pris, sous le crachin (le beau fixe est un concept totalement disparu en Touraine, et il est à craindre que le beau temps tout court n'existe plus) et les bourrasques, de belles bouffées de la station d'épuration, et tout en longeant les ateliers, entrepôts et hangars tous plus laids les uns que les autres (et dont certains s'avèrent être des restaurants !), ai constaté qu'un grand panneau d'affichage vante, grand format des pandas à l'appui, les mérites du zoo de Beauval — ce panneau est implanté sur le parking de l'Entr'Aide Ouvrière, de sorte que les faces placides des pandas viennent frôler les volets en PVC gris, baissés, derrière lesquels se trouvent les chambres de l'Entr'Aide, cela le long d'une 2 x 2 voies bien sûr.

Je n'avais pas l'appareil photo avec moi, mais cette image m'impressionne, car elle ne peut en rien être un symbole... ou alors d'une très grande complexité. Un succédané à creuser.

 

▬·▬ Note en retour : un des premiers billets de ce blog était consacré à un autre bâtiment de l'Entr'Aide Ouvrière, beaucoup mieux placé, et convivialement.

lundi, 30 mars 2015

Quentin Meillassoux dans les jardins de l'archevêché

C'est à peu près tout ce qui me restera de cette fin de journée-ci, par un temps rafraîchi, qui ne m'a pas découragé pourtant d'aller lire un moment, vêtu de ma sorte de ciré, poursuivre la lecture d'Après la finitude.

▄▄██▄▄

Je tire une tronche de silène. Pardon : de silure.

Normal, si près d'Amboise. (La professeure taïwanaise prononce “en bois”.)

vendredi, 27 mars 2015

On nettoie / la statue de François

J'ai sprinté pour le bus, et sprinté pour le tram — dix-huit minutes de porte à porte (enfin, sans compter les deux ou trois qu'il me faut pour rallier mon bureau depuis la place Anatole-France). Ce matin, pour un peu, les transports en commun auront failli être aussi rapides que la bagnole.

S'essouffler n'est pas mauvais. (Benjamin Péret ??)

En tout cas, au sortir du bureau de tabac, le député socialiste affichait, je crois, Le Figaro.

 

Depuis le pont Wilson, sous un soleil resplendissant qui suffit à mettre en verve, aperçu encore trois cormorans, dont un volait en direction du pont, du tramway, de mon livre.

rabe.jpg

 

Entre la place et l'Université, me suis arrêté pour photographier Rabelais, à qui deux messieurs affairés refaisaient une beauté de marbre. Celui qui se trouvait en bas (à commander le monte-charge) m'a salué — quelle idée de saisir François reblanchi dans un nuage de buée qui cache l'inscription !

jeudi, 26 mars 2015

Sens le latin

Les “défenseurs” des langues anciennes qui poussent des cris d'orfraie depuis deux ou trois semaines ont souvent le chic pour choisir les arguments les plus faux ou les moins convaincants. Mais là, on passe le mur du çon, comme on dirait dans le Canard enchaîné.

J'ai fait huit ans de latin et quatre ans de grec entre 1986 et 1994 — et j'étais au moins aussi inculte ( : avec une culture fragmentée, sans substrat) que le “jeune des années 2000” décrit par ce type idiot qui n'a jamais vu un jeune des années 2000.

 

Un seul exemple :

« Ignorant la langue, tu saisiras quelques tronçons de savoir objectif, mais le génie t’en échappera, la cohérence profonde t’en sera étrangère. Ce savoir effacé, cette mémoire perdue te priveront de fait du lien le plus direct avec Rabelais, imbibé de latin, avec Boileau, Racine, Corneille, La Bruyère, qui tournent sans cesse autour du paradigme antique ; tu ne saisiras pas les sous-entendus de la pensée des révolutionnaires de 1789, ni la sensibilité de Rousseau, lecteur de Plutarque ; tu ne verras pas bien ce que Victor Hugo peut bien avoir à nous rebattre les oreilles de Tacite et Juvénal pour moquer Napoléon le Petit ; tu resteras sourd aux envoûtements de la poésie symboliste, entichée des élégiaques latins ; tu te gratteras la tête lorsque Camus te parlera de Sysiphe [sic - M. Sylvain n'est pas très fort en orthographe hellène], Giraudoux d’Electre, sans même parler des auteurs italiens, anglais, espagnols, allemands tout imprégnés de culture grecque et latine jusqu’à ce jour. »

Je connais quelques certifiés de lettres actuellement en exercice et qui ne comprendraient pas la moitié de ce paragraphe. Donc le problème doit être ailleurs, ou plus lointain, non ?

Par ailleurs, la façon dont on m'a enseigné le latin jusqu'en première (pour ne rien dire du grec, pour lequel j'étais très mauvais) était totalement coupée de toute culture ou de tout élément historique, de sorte que des faits constitutifs aussi banals que les périodes royauté/République/Empire, je les ai découverts en hypokhâgne, ou peu s'en faut. Mon fils aîné, qui fait du latin depuis l'an dernier (5e) mais qui, surtout, s'est beaucoup passionné d'histoire antique depuis fort jeune, apprend le latin avec une méthode qui va beaucoup "moins vite" pour ce qui relève des déclinaisons et des conjugaisons, mais qui est très supérieure dans les rapports de l'enseignement avec la culture, l'histoire, et même la linguistique (sans jamais prononcer d'aussi gros mots).