lundi, 29 septembre 2014

Advenir

29 septembre, 17 h 10, jardin de la place François-Sicard

 

Cela fait donc deux semaines -- le troisième lundi consécutif que je me retrouve, toujours par beau temps (il faisait même franchement chaud le 15), dans ce jardin étroit mais très charmant. En onze ans à Tours, je ne m'étais jamais arrêté dans ce jardin, y passant parfois, sans plus. Or, y passer une heure ou un peu moins un lundi sur le coup de cinq heures permet de se rendre compte à quel point le centre dit historique de Tours, ici le quartier de la cathédrale, est bruyant. On ne risque guère d'être dérangé par le bruit du jet d'eau, wasserfall diaphane plus que blond -- démarrages de bagnoles et pétarades de vélomoteurs sont permanents. On s'y habitue, je suppose.

Je n'ai pas encore pris d'autres habitudes, tout d'abord parce que, lorsque le froid commencera de s'installer, je préférerai probablement aller baguenauder du côté du Musée, ou prendre un verre somewhere around, à moins que je ne reste parfois à lire dans la voiture.

Depuis le 15, il y a quinze jours donc, comme on dit fort peu arithmétiquement en français, je me suis dit que je pourrais écrire une série de textes sur ces 5 à 7 du lundi, les souliers dans les gravillons, le dos calé contre un banc vert à la peinture écaillée. Je m'assois sur le même banc, ou du moins sur un des deux bancs qui permettent de faire face à la statue de Michel Colombe par François Sicard. Ballet de promeneurs divers, surtout vieux ou nounous ou mères semblablement entées de leur progéniture, lycéens (et surtout lycéennes, à croire que le lycée Paul-Louis Courier, non loin, est plutôt féminin). La statue qui représente Michel Colombe a quelque chose d'apaisant à première vue -- c'est une de mes statues préférées dans cette ville -- et en même temps, à mieux y regarder, à se plonger en elle, elle inquiète, elle a quelque chose d'inquiétant, je crois que je n'aurai jamais écrit un texte avec autant de virgules, de juxtapositions.

Le 15, j'ai remarqué que des farceurs (ou des étudiants aux Beaux-Arts, ce qui revient au même (je laisse cette première parenthèse telle quelle, allez deviner si j'endosse délibérément le costume du philistin vieuxcon)) avaient souligné les yeux et les lèvres du sculpteur d'un trait discret de peinture rose. On peut évidemment tout imaginer, geste vandale bête, geste artistique à message (?), facétie de manifestant favorable au mariage pour tous, dénonciation subtile (le sculpteur n'est-il pas en robe ?) de la théorie du genre ou des dénonciateurs d'icelle...

En tout cas, si j'ai posé le 15, dans ma tête, le principe possible d'une série de textes, voici commencée, sinon la série (nous verrons cela lundi prochain), du moins un premier épisode. Bien entendu, j'ai réfléchi à tout cela car je savais déjà que j'allais, sinon participer à, du moins suivre de loin les travaux de l'atelier d'écriture que propose Stéphane Bouquet dans le cadre de sa résidence à l'Université. Le 16, j'ai assisté à la projection du film La Traversée et au lancement officiel de cette résidence, et jeudi dernier à la première séance de l'atelier proprement dit. Or, Stéphane Bouquet a imaginé que chacun des étudiants de l'atelier écrirait un texte sur soi (le Soi ? je ne sais pas comment il l'écrirait), sur un soi non pas donné, préfiguré, mais à construire par le texte, justement. L'idée est de construire une série de textes ou un seul texte ou un ensemble polymorphe (faisant éventuellement appel à d'autres formes, des images, des sons etc.) à partir de confrontations avec la ville, ou non, pas confrontations, pérégrinations, choix de certains lieux, de certains phénomènes urbains, graffiti par exemple, etc. J'ai le sentiment de très mal expliquer ce qu'il entrevoit ou suggère -- ma propre interprétation est parasitée par le projet que vient d'inaugurer François Bon, "la littérature se crie dans les ronds-points", autre forme d'approche systématique de lieux systémiques, représentatifs de ce que j'ai nommé, ailleurs dans ces carnets, l'überurbain.

Peu importe, je vais faire ma mayonnaise, un peu de tout cela s'entremêlera ici, qu'importe.

 

Vieux ou nounous ou mères ou lycéens.

Sacré programme.

(Je me déplace, vais de l'autre côté, un banc dans le couvert des ifs, près d'un jeune couple qui clope, mais je ne supportais plus l'odeur de pisse qui émanait depuis pas très longtemps, je le crains, de mon voisin, un gros homme pied-bot. Ce banc-ci arbore, pour inscription manifeste, le mot MOCHE, marqué au blanco. Je me suis assis de manière à ne pas le cacher, de sorte qu'un autoportrait (à la Webcamelote) demeure possible.)

Pour l'heure, portraits.

Jeune fille blonde, passe en lisant un texte ronéoté qu'elle a l'air d'apprendre par coeur.

Deux dames, une la soixantaine, l'autre plus petite, plus jeune, rousse.

Vélomoteur casse-tympans, puis de nouveau le jet d'eau et la conversation du petit couple à côté de moi.

Homme en chemisette noire, parka légère sur l'épaule.

Le couvert des arbres, épars alors qu'il y a beaucoup d'arbres, d'arbustes, de frondaisons.

Jeune femme mince, la trentaine, baguette. Impression de la connaître.

Jeune femme rousse en short.

Homme élancé, plutôt jeune, casquette à carreaux.

Vélomoteurs sans arrêt.

Il va falloir que je me trouve un autre repaire.

La jeune fille en t-shirt marin se casse, avec son étui de violoncelle. Fait semblant de se casser, agaceries avec le garçon qui lui tenait compagnie, c'est lui qui finit par partir (Alex ! lui lance-t-elle). Il l'enlace, quel jeu jouent-ils.

Reviennent à leur banc, celui près du mien, elle monte, debout sur la latte supérieure, lui grimpe dessus, rient. Elle lui dit "enculé" puis lui explique que c'est gentil (c'est gentil, c'est gentil).

Sur le chemin opposé passe une dame en blouson jean's, poussant une bicyclette.

Sur celui-ci, un de mes étudiants de Licence, qui ne me voit pas (ou feint de ne pas (mais je crois vraiment qu'en passant vite, en ne promenant pas, on ne voit pas les gens assis sur les bancs (ou on ne s'attend pas à voir un prof ?)).

Puis, sur le chemin opposé, une dame plutôt âgée avec un petit chien.

À la cathédrale, le coup des trois-quarts.

Les deux ados se chamaillent, feignent de, se coursent, un sexagénaire en chemisette à carreaux bleus passe en regardant lentement sa montre (la porte à son visage, pas l'inverse).

La jeune fille perdrait la moitié de son vocabulaire si on lui enlevait le droit de dire "sérieux" sur le mode de l'interrogation rhétorique ou de l'assertion. Quelle violoncelliste fait-elle.

Passent deux jeunes hommes, l'un à barbichette fait rouler une contrebasse dans son étui.

Autre jeune fille blonde, t-shirt marin aussi, jolie, plutôt distinguée, passe en saluant d'un regard en coin que je pense ironique (mais je projette sans doute) le petit couple à la sérieux-violoncelliste.

Lycéen, portable vissé.

Lycéennes, quatre ou cinq, l'une chante n'importe quoi. Snapshot_20140929_2.jpg

Autres jeunes femmes, plus âgées (pionnes ?).

Quinquagénaire, démarche lente, serviette en faux cuir sous le bras, bedaine, montre.

Autre lycéen, autre portable vissé, oreille gauche cette fois-ci.

Deux lycéennes.

Autre sexagénaire, dame avec aussi rayures marines.

Je ne compte plus accélérations des vélomoteurs.

Cycliste noire entrevue, au coin de la rue.

Le couple s'éloigne ; il porte le violoncelle (sérieux).

Quatre jeunes, probablement musicos (un blond à queue de cheval renouée en natte au-dessus du crâne quasi ras -- je penche pour percussionniste).

Marre, je veux lire aussi, je reprends mon livre, le jet d'eau diaphane continue.

 

Notule en addendum, toujours lundi, 18 h 43, Conservatoire.

Pépiements des enfants dans la salle de chant choral, polyphonie fracassée des instruments de ci de là.

dimanche, 28 septembre 2014

Ping-pong, 6

 

Je m'en revenais, en Corail, à Dax, après le dernier oral. Comme à chaque passage à Paris, j'avais écumé les petits bouquinistes du cinquième arrondissement et rentrais avec quelques pépites, dont cet exemplaire de Philosophes à vendre, dans la petite collection couverte de kraft et brochée, comme tant de textes majeurs, du beau nom de Pauvert.

L'année précédente, j'étais rentré avec mon père, je crois — mais là, en retentant ce même concours, il était hors de question d'attendre le jour officiel des résultats et la proclamation dans la salle carrelée dénuée de charme. Dans le Corail, je lus, au début du trajet, il me semble, ces textes dialogués d'une vie et d'une énergie extraordinaires. Un voisin assis de l'autre côté du couloir s'autorisa à me demander pour quelle raison je lisais Philosophes à l'encan. (Je ne me rappelle plus du tout l'âge ni la mise ni le visage de cet homme, mais je me rappelle qu'il choisit de donner cette variante dans la traduction du titre.) J'évoquai le hasard (sept francs pour un petit volume impeccable de cette singulière collection, pas à hésiter) mais aussi l'adieu à mes études de philosophie que constituait, quel qu'en fût le résultat, ce concours passé.

Ce soir, apprenant la mort de Pauvert, je suis allé repêcher, sur mes étagères, ce petit volume, dont j'ai relu quelques pages.

Il fait doux, à aller au diable.

22:17 Publié dans Ping-pong | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 27 septembre 2014

Ping-pong, 5

« Comment tirer les vers du nez d’un tel fallace ? » (Dorman, p. 57)

Cherchant, dans le Robert culturel, le mot fallace – ne l’y trouvant pas (c’est incident) – je trouve (tombe sur (à la page 598 (en haut à droite, où l’œil épie))) le substantif épreintes, et le seul sens que je connaisse, depuis longtemps, à ce mot (il désigne les excréments des loutres), n’y figure pas.

Je découvre aussi (même colonne où devait se trouver l’absent fallace) le faldistoire, siège liturgique des évêques.

17:23 Publié dans Ping-pong | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 18 septembre 2014

3370

Dans les toilettes du rez-de-jardin, il y a une carte de l’île d’Arran, et, dans celles du premier étage, une carte du Cantal, avec Saint-Pantaléon-de-Lapleau, qui se trouve en Corrèze.

 

Dans les toilettes du sous-sol, j’ai fini par déposer, sur la caisse où sont entassés des carreaux de rechange, mon vieil exemplaire de l’Abrégé du Littré, que j’y feuillette — d’où d’abstrus “poèmes du Littré”.

dimanche, 31 août 2014

Le jumelage Tours / Takamatsu, et l'enlaidissement des parcs

P1250964.JPGAinsi, au nom de l'amitié entre notre cité et une ville japonaise réputée pour son art des jardins, Takamatsu, nos édiles imbéciles ont décidé de saloper un des plus beaux parcs tourangeaux avec trois gros praticables aussi laids que peu discrets.

M. Babary, bravo !

dimanche, 20 juillet 2014

22232406BE

Il y a quelques mois, au cœur de l'hiver, j'avais été époustouflé par Lara de Bernardine Evaristo. Là, je commence, bien au chaud, en plein soleil, The Emperor's Babe, et ça part très très fort. —·— Romans en vers qui n'intéresseraient pas le lectora-francé, et sans doute moins encore l'édission-francèse.

▬▬▬☻▬▬▬

Toi qui crois encore que la filière Droit-Langues est l'élite de l'U.F.R. Lettres et Langues, viens corriger les copies avec moi, ça va te passer le goût du pain. (Ça et la fille qui écrit "me I wants becoming a Juris Doctor" avec des cœurs sur les "i"...)

▬▬▬☻▬▬▬

Encore un but imaginaire accordé au Brésil. La règle du hors jeu ne s'applique pas au pays organisateur, c'est ça ? ▬▬▬☻▬▬▬ Et donc après Marpaps, j'ai marché dur duraille jusqu'à Castelner.

dimanche, 13 juillet 2014

252606HFT

25-26 juin 2014.

 

Qu'est-ce qui t'a pris, Hubert-Félix Thiéfaine, de t'associer à cet immonde album d'hommages prémortuaires à Renaud, mais surtout de choisir de chanter cette bluette idiote et mal écrite ? Je ne sais pas, si vraiment tu ne pouvais pas te défiler, tu aurais pu chanter Buffalo débile ou Banlieue rouge.

▬▬—▬▬

‘Don Kichote de la Mantzscha’ ? Z'êtes sérieux, les Teutons ??!?

▬▬—▬▬

Le train de 9 h 32 en provenance de Luynes, Picardie, est annoncé avec un léger retard. Le café risque de refroidir, en revanche. (Finalement, très léger retard. Le café fut bu. Il fut parlé de steaks, de Béranger et de peintres ivres.)

▬▬←—→▬▬

Eli wallach — Le “truand” de Sergio Leone, bien sûr, très ancré dans ma mémoire — mais il avait joué dans une version américaine de “Rhinocéros”...?

▬▬↓—↑▬▬

« L’entraîneur colombien a fait entrer son deuxième gardien Faryd Mondragon en fin de match pour lui permettre de battre le record du plus vieux joueur ayant participé à un Mondial à 43 ans et trois jours. »

samedi, 12 juillet 2014

Sur cinq photographies

8 mai 2014.

 

On a dur qu'étant l'ours avec l'hernie discale

Il a eu opéré déclaration fiscale.

 

Vu-je que Laurent Blanc il avont disu “bigre”

Lui d'à côté Zlatan qui feulut comme un tigre.

 

Endroit que l'on avont fit la queue pour voter,

Joburg qu'Hugo m'est dit on n'ont plus l'aparté.

 

Si le lionceau jetu à l'eau par la blondasse,

Mordir comme que Zahia qui avait chaudasse.

 

Type qu'il a des piquants fluo yad'la joa,

Ça ne vont pas traîner Cristobal Ochoa.

 

mercredi, 02 juillet 2014

Limericks meurthois, 78 et 526

▬ 78 ▬

Un gigolo de Blémerey

A pour surnom “blême raie”.

Cette antienne infamante,

En tous lieux il s’en vante.

(Moi, chuis pas sûr que j’émerey.)

 

▬ 526 ▬

Sur le pont de Tomblaine

On y danse tous en raine.

Et sur le pont de la Concorde,

On y saute à la corde.

Quant au Lido, morne plaine.

 

mardi, 01 juillet 2014

Quand le Roselé est tiré...

Extrait d'un article d'un certain Sébastien Roselé, dans Le Point de cette semaine, à l'occasion de la parution du livre qu'Alain Pagès consacre à Zola :

En effet, c'est aussi cet esprit potache, voire graveleux, qui règne dans le petit groupe d'écrivains, l'auteur du Horla en tête, dont Zola, d'une dizaine d'années leur cadet, est devenu le mentor. Il a commencé à recevoir Huysmans, Maupassant, Céard, Alexis et Hennique à Paris d'abord. Dans sa nouvelle propriété ensuite. Le groupe dit "de Médan" était ainsi né. En 1880 paraîtra le recueil de nouvelles collectif Les Soirées de Médan, qui constituera l'acte fondateur du groupe d'auteurs naturalistes. 

 

Outre les erreurs de temps, de ponctuation, de syntaxe, je mets au défi quiconque de rétablir la structure “correcte” de la première phrase.

C'est une phrase-qui-rend-fou.

Le défi est d'autant plus difficile à relever que M. Roselé confond les mots aîné et cadet. (Oui, je sais, je suis dur : ce sont des termes complexes et d'un usage rare.) En effet, Zola, né en 1840, est nécessairement l'aîné de Maupassant, né en 1850, et donc, je le suppose, des autres auteurs dont j'avoue ne pas connaître l'état-civil.

 

Limericks meurthois, 77 et 527

▬ 77 ▬

Un montagnard de Blâmont

Confondait l’aval et l’âmont.

Comme en Lorraine

Tout n’est que plaine,

Pense-t-il que nous l’en blâmons ?

 

▬ 527 ▬

Un excentrique de Tonnoy

Sort affublé d’un entonnoy

Bien vissé sur la tête,

Puis il se met en quête

De paribrests, de tartonnoy.

 

lundi, 30 juin 2014

Limericks meurthois, 76 et 528

▬ 76 ▬

Au bar tabac de Blainville sur l’Eau,

On est fana d’Andrea Pirleau.

Évoquez Dino Zoff,

Et on vous dira boff

Dans la salle du bar tabac de Blainville sur l’Eau.

 

▬ 528 ▬

Un mol adolescent de Toul

À tout propos dit “nul” ou “coul”.

Quand il est en colère

(Ou franchement vénère)

Il se risque à “ça fout les boul”.

 

dimanche, 29 juin 2014

Limericks meurthois, 75 et 529

▬ 75 ▬

Un jeune tennisman de Bion-

-ville rêve d’être un champion.

Braqué de la raquette,

Dans la cour il caquette

Bien pis que la chasse au gabion.

 

▬ 529 ▬

Mon amy Rémy, de Tramont-Émy,

Se vante partout d’être mon amy.

En raison de l’homonymy,

Mon amy Rémy m’a promy

D’en finir de ces vieux salmy.

 

samedi, 28 juin 2014

Limericks meurthois, 74 et 530

▬ 74 ▬

Elle est bien vile, la petite

Meuf de Bienville-la-Petite.

Cette perverse naine

Habite la Lorraine

Depuis que tout bébé elle a eu une otite.

 

▬ 530 ▬

Un vieux débrouillard de Tramont-Lassus

Dit à tout jupon : « Monte là-dessus ! »

— Pour la rime en Lassus,

Je vous sens déçus,

Lecteurs, par mes quintils bossus.

 

vendredi, 27 juin 2014

Limericks meurthois, 73 et 531

▬ 73 ▬

Un pickpocket de Bicqueley

Même au village picqueley

Pièces, clés – fastoche ! –

Dans toutes les poches

Des citoyens de Bicqueley.

 

▬ 531 ▬

Quoi ? Tramont-Saint-André ?

Un nom pareil, et il faudré

Que derechef je ponde

Un limerick immonde ?

Pourquoi pas sur Hepburnaudré ???

 

jeudi, 26 juin 2014

Ping-pong, 4

Geste d’enfant, mouvement rapace de ma main vers un objet… cette boîte où ont fini de rouiller des trombones, j’aurais pu y serrer des manuscrits composés sur des feuillets minuscules. Ou cette rallonge électrique orange dont je me sers sans y penser, quand je tonds ou quand je bricole (ou quand je branche la friteuse sur la terrasse), peut-être qu’elle aussi me verra l’empoigner avec des serres de circaète, quand l’imposeront les circonstances.

13:03 Publié dans Ping-pong | Lien permanent | Commentaires (0)

Limericks meurthois, 72 et 532

▬ 72 ▬

Un poissonnier de Bezaumont

Vend de la truite et du saumont.

Sa femme, libraire,

Est vraiment très fiaire —

Elle vend du Annie Saumont.

 

▬ 532 ▬

Un alezan de Tremblecourt

Même quand il va l’amble court.

Son jockey, le neveu d’Étiemble,

M’a déclaré : « C’est parce qu’il tremble. »

Cet argument me semble court.

 

mercredi, 25 juin 2014

Ping-pong, 3

 

Comme le temps passe, et comme le temps nous manque, et comme le temps nous point. Un poinçon dans la verdure, cette fourmi isolée qui a perdu sa ligne, englouti sa trace avec la bave du vent. Collines d’Anacapri, ne poignent qu’à l’oreille, au piano, en longues lampées, risibles rasades. Le kitsch avait tout englouti, aussi, et ces semaines-là furent les plus chaudes de ma vie.

 

18:03 Publié dans Ping-pong | Lien permanent | Commentaires (0)

Limericks meurthois, 71 et 533

▬ 71 ▬

Le bedeau de Bezange

-la-Grande est ozange.

Dans la sacristie

Il y a un nid

De fauvette ou de mézange.

 

▬ 533 ▬

La Manon Lescaut de Trieux

Ne rêve pas de Des Grieux.

Celui qui met en alerte

Ses sens, c’est Christian Eckerte.

(Il ne manque qu’André Rieux.)

 

W.M. 63 : Le Picatharte de Guinée

Pour décrire le Picatharte,

Ce n'est vraiment pas de la tharte.

Son corps effilé

Et son bec musclé

Eussent plu même à Rolanbharte.

 

mardi, 24 juin 2014

Limericks meurthois, 70 et 534

▬ 70 ▬

Un bon vieillard de Bey-sur-Seille

Est fou de gelée de groseille.

Bien qu’il soit sourd comme un pot,

Il entend le déclic du pot

Qui s’ouvre, et aussitôt il sort l’oseille.

 

▬ 534 ▬

Un quadragénaire de Trondes

Aime les femmes girondes.

« Ma femme est un sac d’os,

Et j’en ai plein le dos ! »

(C’est stupide que tu la grondes…)

 

lundi, 23 juin 2014

Limericks meurthois, 69 et 535

▬ 69 ▬

La factrice de Beuvillers

Dit-on, est très mal habillers.

Elle assortit un pull turquoise

À un jean’s couleur framboise :

J’en ai les yeux écarquillers.

 

▬ 535 ▬

Le premier édile de Tron

-ville ne veut plus qu’un étron

Défigure la chaussée

Ni les trottoirs. S’est gaussée

De cela l’adjointe en le traitant de pochtron.

 

dimanche, 22 juin 2014

Limericks meurthois, 68 et 536

▬ 68 ▬

Le doyen de Beuvezin

Est complètement zinzin.

S’il habitait à Toul,

Je le dirais maboul

Mais il habite à Beuvezin.

 

▬ 536 ▬

L’institutrice, à Tucquegnieux,

En colère dit « Screugnieuxgnieux ! » —

Si elle enseignait à To-ul

Elle dirait Bordel-à-cul.

Mieux vaut rester à Tucquegnieux.

 

samedi, 21 juin 2014

Limericks meurthois, 67 et 537

▬ 67 ▬

Un petit garçon de Beuveille

Dit un soir « Permets que je veille »

C’est pour voir le foot,

Et cela dégoot

Sa mère, que rien n’émerveille.

 

▬ 537 ▬

Un autre garçon, à Ugny,

Fut, par ses deux parents, pugny

Pour avoir regardé

Un soir, en loucedé,

Le match (nul) des États-Ugny.

 

vendredi, 20 juin 2014

Distiques franco-suisses

Peur-je de mes poteaux si l'équipe aganit

Helvètes qu'un milieu il s'appellut Granit.

 

Lecteurs m'ont demandu "aganit quès aquo ?"

S'il ne le suit pas su ni Mamadou Sakho.

 

On a facile les deux buts, on a balaise

Olivier de la tête et puis à l'aise Blaise.

 

Golri-je que j'en suis avalé la cuillère

Supporteurs suisses qu'ont la tronche de gruyère.

 

Helvètes bien musclés Shaqiri et Xhaka

Si tel Shakira chant-elle Waka Waka.
 
 
Me demandu-je si Karim la baraka

Perda s'il arrêté son penalty Rimka.

 

Golri-je à m'en compissu dans le futal

Les Schweiz ils ont prendu un coup dans l'emmental.

 

Français courent lapins et à fond Duracell

S'ils sont met trois zéro aux rougeauds d'Appenzell.

 

Dommage que ç'a fait coup franc un 5 à 1

Si je m'être coupé à la pierre d'alun.

 

On a bien renfrogné si l'après-match méchant

Coach va les engueuli bien sûr Didier Deschamps.

 

Comprendu-je ne pas que l'arbitre est sifflu

Pendant Rimka lucarne on a le 6 au cul.

 

Les chipolatas ç'a bon et ç'a des saucisses

Et Rimka a véner parce il était so 6.

 

Déjà le Honduras on avait CSC

Et là Rimka 6ème il l'avut DSC.

 

Cinq buts au lieu trois comme que l'arbitre dort

On est pensu Rimka il serut Soulier d'or.

 

Limericks meurthois, 66 et 538

▬ 66 ▬

Un cordonnier de Bettain-

-villers fait en fer et étain

Des souliers rigides.

Ils sont plus solides

Mais pour se déplacer, on a l’air bien crétain.

 

▬ 538 ▬

Si je te revois à Uruffe

Traîner autour de mon Tartuffe,

Chienne dévergondée,

Tu seras maintement grondée

Et tu risques de prendre un cougnat sur la truffe !