Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 juillet 2020

Pentes et sentes

Levé tôt, fatigué. Me suis senti un peu comme ci comme ça toute la journée.

 

En fin de matinée, je suis allé en ville en vélo, pour la première fois. Cela m'a permis de voir qu'il me faudrait 17 minutes si je comptais me rendre l'an prochain au travail en vélo (au lieu de 25 minutes environ à pied et en tramway), et plutôt 25 minutes au retour (j'ai mis pied à terre à mi-côte, avenue de la Tranchée, mais c'est parce que je n'ai pas pris l'habitude de grimper).

 

 

 

Après bien des tergiversations, j'ai aussi fini par enregistrer, en trois temps, la vidéo n° 62 de je range mon bureau. Vu le nombre de livres qui s'étaient accumulés, j'ai été contraint de les expédier, de parler de chacun en trois minutes voire moins, à l'exception des Hommes qui me parlent d'Ananda Devi ; j'ai considérablement abrégé le temps de bavassage en ne lisant que peu d'extraits (Woolf, Devi et Thörn seulement).

Je parle de bavassage, et je parle de tergiversations : en effet, je crois que j'ai fait le tour de ce format, que je n'en vois plus trop l'intérêt. Mon seul problème est que, si je ne fais plus ces vidéos, je ne garderai plus trace, pour moi-même, des livres que je lis, et qui s'empilent sur les étagères. Un ami, avec qui j'ai pris un verre ce midi justement, et qui a acheté plusieurs livres suite à ces chroniques filmées, publie des extraits des livres qu'il lit sur Facebook : moins chronophage que le billet de blog, cette pratique est peut-être ce qu'il me faut désormais.

 

Commentaires

Pour changer un peu, vous devriez essayer de vous rendre en ville À vélo… Sinon, allez-y EN pied !

(Pardon pour cet accès de mesquinerie : c'est mon côté "instit frustré" qui ressort parfois.)

Écrit par : Didier Goux | dimanche, 05 juillet 2020

Ah oui, je n'avais pas fait attention ; c'est une erreur que je fais souvent, je pense. Et j'aurai un moyen de l'éviter : penser au vers de Brassens "à pied à cheval en voiture".

Écrit par : Guillaume Cingal | mardi, 07 juillet 2020

Il serait amusant de faire la liste (chacun la sienne) de toutes ces petites fautes que l'on re-commet systématiquement, en sachant qu'on les fera probablement jusqu'à notre dernière ligne d'écriture, et dont on sait pourtant pertinemment qu'elles sont des fautes. Je crois que je vais commencer, à mesure qu'elle reviennent, à noter les miennes…)

Écrit par : Didier Goux | mardi, 07 juillet 2020

Fermer une parenthèse qu'on n'a pas ouverte ?

Écrit par : Guillaume Cingal | mardi, 07 juillet 2020

Il m'arrive aussi de faire l'inverse (ouvrir et laisser ouvert). Donc, mon conseil : gardez celle-ci dans un coin, de façon à avoir la paire à ma prochaine bourde.

Écrit par : Didier Goux | mercredi, 08 juillet 2020

Écrire un commentaire