Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 mai 2017

Sonnet du 18.V.2017.

Après qu'on voit les magnolias

Prendre la tangente du vent

Face à soi, le bureau crevant

De tintamarres véolia,

 

Ou, face à ce qui nous spolia

De notre ardeur, oh, si souvent,

Au lupanar comme au couvent —

Jacques, Pierre (ou bien Paul ?) y a

 

Donné un coup de pousse-feuilles,

Cependant que, si les pneus crissent

Perçant d'une épingle à nourrice

 

Le tympan, muet tu t'endeuilles

De quelque souvenir de plage

Dont la souffrance te soulage.

 

Écrire un commentaire