Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 janvier 2021

Franc bricolage

Ce soir j'ai associé, dans ma séance de vélo en sous-sol, deux faces du double album anthologique de Bo Diddley Got My Own Bag of Tricks à la lecture de quelques-uns des poèmes de Bruce Beaver extraits des Letters to Live Poets (cadeau de Noël, fort judicieux).

(Hier, j'avais écouté la version de Black, Brown and Beige de Duke Ellington avec Mahalia Jackson chantant en final le 23e Psaume. Je ne mets pas de lien ; pour moi seule compte la façon dont j'écoute ces vinyles dans la chambre lambrissée, en suant sang et eau sur mon vélo. Il faudrait que j'écoute la version de 1946 de cette sorte de poème orchestral, sinon symphonique.)

 

Pour en revenir à ce soir, je ne peux jamais écouter du blues ou du rock très longtemps, ni très régulièrement, mais Bo Diddley occupe vraiment une place à part, avec son humour, cette espèce de distance très franche, très joueuse, son côté bricolé qui ne l'a pas empêché d'être, dès sa jeunesse, un classique. D'ailleurs, il est tellement singulier que ses chansons sont à la fois du blues et du rock, et ni l'un ni l'autre.

Bruce Beaver, lui, je le découvre presque. Le poème qui revisite le thème du premier jour de printemps mériterait une tentative de traduction.

 

Écrire un commentaire