Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 novembre 2022

03112022

 

Encore réveillé et levé – plus tôt encore que les jours précédents. Ça, avec la relecture en urgence de 200 pages de traduction, me tape sur le système. Tu parles de vacances. Quand j’en aurai fini de ce pensum (la traduction est vraiment fautive, je me contente d’aider à limiter les dégâts), les cours auront repris, donc je n’aurai pas eu de repos. Ça n’aide pas d’avoir voulu relire A Room of One’s Own (lu il y a 23 ans), et, ce faisant, d’avoir découvert le roman posthume d’Olive Schreiner, From Man to Man : moi qui n’ai jamais rien lu de cette autrice, pas même son seul opus connu (The Story of an African Farm), me voici tenté d’aller à sa découverte. Je suis incurable.

 

Je pourrais aussi m’empêcher d’aller sur Twitter – vœu pieux – et de « perdre » du temps à regarder certains matches de la Coupe du Monde de cricket en T20. Mais en fait, je n’en regarde que des bribes, tout en bossant.

Hier, nous avons quasiment terminé la saison 4 de La Casa de Papel.

 

05:30 Publié dans 2022 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire