Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 décembre 2005

Le village cuirassé

Comme je m'en ouvrais récemment à Simon sur le blog de Marione, les journalistes écrivent de plus en plus mal, sans connaissance réelle de la langue française ni, ce qui est plus grave, de joie du verbe. Il me semble que tout journaliste travaillant dans la presse écrite devrait avoir le plaisir des mots, des phrases bien tournées, ce qui ne nuit d'ailleurs en rien à l'objectivité ou au respect de la déontologie. Bien écrire, pour un journaliste, c'est déjà respecter, à mon sens, l'un des principes cardinaux de la déontologie journalistique. Evidemment, avec l'évolution des grands quotidiens français depuis quelques années, nous sommes loin du compte.

Je voulais seulement signaler, en page 9 de l'International Herald Tribune, aujourd'hui, un article remarquable de Frank Rich ; nous n'avons pas beaucoup de plumes de cette qualité dans nos journaux...!

Commentaires

Ah ouais ? eh bien ça nous fait un bel oeil ! pas même un petit extrait, un petit copié-collé, une *photo*, qu'on se rende compte de visu ?

Écrit par : Papotine | lundi, 12 décembre 2005

- Provocateur : c'est quoi la déontologie journalistique ?
- Corporatiste : en France, nous n'avons pas beaucoup de lecteurs de la qualité de ceux de l'International Herald Tribune...
- Revendicatif : comme dans beaucoup d'autres professions, de plus en plus de contraintes, de plus en plus de pression, de plus en plus d'exigence de rentabilité, ont fini par reléguer l'amour de la langue française à l'étage des archives
- Pragmatique : Ces vingt dernières années, la longueur des articles a diminué nettement plus que la longueur des mini-jupes. D'aucuns estimeront que c'est regrettable. Mais surtout, la conséquence est évidente : lorsqu'il faut caser 2 ou 3 infos importantes dans un feuillet de 1 500 caractères (espaces compris), il ne reste plus de place pour le style.
- Réaliste : Si on a "le plaisir des mots, des phrases bien tournées", il faut assurément se trouver un autre métier que celui de journaliste.

Écrit par : L'otre Guillaume | lundi, 12 décembre 2005

La tirade en papier, chouette !
Je continue en substantifs :
Passéiste : ah comme c'était mieux avant !
Aquarelliste : ah que l'herbe est plus verte ailleurs !
Equilibriste : tous pourris !
Violoniste : les sanglots longs sont si violents quand je pense à la langue d'antant !
Trapéziste : et hop !

Écrit par : Papotine | lundi, 12 décembre 2005

Autant pour toi ou au temps pour toi ? ;-)

Écrit par : L'otre Guillaume | lundi, 12 décembre 2005

Sans parler de ceux pour qui les
Joies du verbe
Sont en fait des véritables
Voies de la gerbe.

Écrit par : Simon | lundi, 12 décembre 2005

Les commentaires sont fermés.