Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 mai 2013

La Sainte Trinité

La Sainte Trinité. Site Tanneurs, lundi 13 mai 2013.

En bas : immense radiateur, signalant un système de chauffage éteint depuis début avril (or, il fait 15° dans certaines salles).

En haut à droite : « toile » de Nico Nu.

En haut à gauche : ancien logo de l'Université, qu'il nous est interdit d'utiliser depuis 2007 (au point que nous avons dû jeter des milliers de feuilles à en-tête) mais qui est peint sur ce mur, dans un lieu très fréquenté, sans que personne ne s'en émeuve (et sans aucune espèce de sens, au demeurant).

samedi, 04 mai 2013

Passade

Finalement, je pensais que c'était encore l'ordinateur portable, et il s'avère que c'est Flickr qui débloque, – ou, comme le veut la traduction habituellement proposée, sur ce site de photographies, de l'expression have the hiccups, qui « est dans les choux ». Bref, je voulais publier ce soir un billet métaphotographique, c'est râpé.

Très belle journée de véritable printemps.

Du ménage (un peu, pas assez) à l'atelier. 

Rien écrit, presque rien lu.

Pris l'air. Comme on disait. Comme on a pu dire. Comme on doit.

vendredi, 05 avril 2013

Cahuzac, les paradis fiscaux et l’anonymosité

Still, all of the accusations and denials and leaks and plumbing and frocking and unfrocking and hundred-dollar bills running around in suitcases with no human hands attached to them except maybe people in red wigs and furor and shouting and high-level pomposity

Does tend to create in us of the silent majority a degree of what might be called anonymosity.

 

Donald Barthelme. “The Royal Treatment”.

In Guilty Pleasures, 1974, p. 86.

 

Bien entendu, Barthelme évoquait un contexte Watergate.

Mais c'est transposable.

mardi, 26 mars 2013

Rêves d'un scribe

Discarded / Withdrawn

Toujours sidérantes, ces marques de tampon signalant un désherbage, dans une bibliothèque (généralement américaine), et sur des ouvrages parfois très récents.

Le purgatoire, en rouge — l'enfer, en vert.

lundi, 04 mars 2013

« Rien de plus con que Glee »

(Près de la machine à café. Trois jeunes filles assises.)

 

 

– Attends, tu regardes qu’un épisode sur 10 tu vas rien comprendre.

– C’est pas comme Desperate.

– En plus je l’ai en entière. C’est la saison, c’est ze saison quoi.

– T’as vu que Meredith.

– C’est ze saison, vrai.

– T’as vu que Meredith en plus elle était enceinte.

– Oui.

– Du coup elle adopte son petit garçon c’est trop bien.

– T’imagines qu’y a des gens de 25 ans qui regardent Glee.

– Attends.

– Y a rien de plus con que Glee.

jeudi, 17 janvier 2013

I'm no Babooshka

J'ai mis un petit moment à choisir la nouvelle épigraphe.

La précédente datait d'il y a au moins un an et demi.

C'était :

« J'ai connu la douceur de ne point connaître » (L'Empreinte)

 

Et j'ai passé un petit moment, aussi, à trouver des expressions figées avec chat et lapin. (Aucun rapport.)

 

jeudi, 27 décembre 2012

À la bourre

"Le délégué interministériel à la Sécurité routière affirme dans le JDD que l'interdiction de l'alcool au volant pourrait être discutée, notamment pour les jeunes." (Libération)

Ainsi, un des plus hauts responsables travaillant sur cette question tient des propos qui tendent à confirmer la sagesse populaire : rouler bourré, hein, c'est une question d'habitude... Quand on est jeune, zéro gramme, après — quand on l'habitude — on verra.

Pa-thé-tique.

dimanche, 23 décembre 2012

Conclure provisoirement

« All conclusions and confusions are mine alone »

(Jamal Mahjoub, Travelling with Djinns)

 

Se replonger dans un grand livre qui vous accompagne, bon an mal an. Là, pour le travail, malgré les 600 copies en souffrance.

(Autre parenthèse : à quoi sert le crochet ?) —— D'ailleurs, cette citation ira aussi dans le Livre.

vendredi, 23 novembre 2012

Désarmant

On ne retrouvait pas le titre du livre de Bergounioux. Elle l'a lu l'été dernier.

Or, il figure en épigraphe, sur fond vert, de ces carnets.

On est un con quand on a [...]

mercredi, 31 octobre 2012

Point sur les "i", botanique

Sans titre   Et le sequoïa passa.

Pas la force de chercher 12 mots à tréma.

Par la trémie d'une mangeoire, j'aurai vécu ma vie d'encre.

vendredi, 05 octobre 2012

Obole

Je devrais lire au moins un de ces livres par jour, et ne pas les laisser s'éterniser sur les rayonnages, si je voulais arriver à quelque chose. Et écrire vingt pages chaque jour aussi, sur quarante sujets divers, si je voulais lutter contre mon effacement.


Au bout du rouleau, Don Juan finit par reconnaître qu'il n'était pas fait pour être universitaire.

samedi, 29 septembre 2012

Nous du

"Nous du football amateur on est souvent mis de côté par rapport du football professionnel."

(Entendu sur France Infos, vendredi soir)


En effet, quand on maîtrise si bellement la langue française, il y a de quoi être agacé de ne pas être, à l'instar de Ribéry, millionnaire.

mercredi, 26 septembre 2012

# 2755

Retombant sur d'anciennes discussions à la suite d'anciennes notes sur un blog qui était, dès le principe, antique et désuet, je me rappelle tel ou telle de mes anciennement fidèles lectrices/commentateurs, tous disparus, sinon de la blogosphère, du moins de la mienne, sortes de spectres, tout comme je suis devenu, par l'effacement progressif de toute activité internautique de cet ordre (sauf l'écriture, là d'emblée, et elle-même effacement), un fantôme, peut-être même un fantôme pour moi-même, ombre qui, multipliant les griffonnages, se réfugie dans le nombre.

Orsai III

vendredi, 29 juin 2012

Cinq minutes sur France Infos

"Le fonds de secours pourra acheter de la dette sur les marchés." (8 h 15)

Et dire qu'on prétend que le capitalisme est le seul système économique rationnel et raisonnable...!

 

"le pacte de stabilité que la France est le seul pays qui n'a pas signé" (Alain Juppé, 8 h 17)

Hmmmmm... côtoyer Nicolas Sarkozy nuit gravement à la syntaxe. 

 

Enfin, à une interruption de la journaliste qui précisait sa mention de "pays dans la tourmente" en disant "l'Espagne et l'Italie notamment", Juppé a répondu "oui, l'Espagne et l'Italie, naturellement" (8 h 19). Doit-on en conclure que l'Espagne et l'Italie sont, pour notre sémillant énarque, des pays naturellement dans la tourmente ? Intéressant lapsus.

mercredi, 13 juin 2012

D'un Trissotin des temps modernes

Si la conjonction du ridicule et de la médiocrité tuaient, Gilles Bouillon devrait, d'avoir commis le texte "C'est à cause d'elle que l'on joue", être foudroyé sur-le-champ et jusqu'à la vingtième génération.

vendredi, 27 avril 2012

Erratum

Nicolas Sarkozy ne voulait pas dire "fête du vrai travail".


Il voulait dire "fête du vrai fascisme".


.

mardi, 24 avril 2012

Fukushima II

Kiryû [Minashita] me raconte aussi qu'elle a écrit un poème sur le séisme, à la demande d'un journal. Fuyant le sentimentalisme dominant, elle a voulu un texte sur le ton de la colère. Mais à réception du poème, le journal ne l'a pas publié tout de suite. On lui a fait savoir que ce n'était pas un texte destiné à la rubrique "opinions". Autrement dit, les poètes ne sont pas censés exprimer d'opinion dans leurs poèmes.

Ryoko Sekiguchi. Ce n'est pas un hasard (P.O.L., 2012), p. 155.

vendredi, 20 avril 2012

Dilemme

L'Aude, ce n'est pas rien. Et l'Aveyron non plus, avec ses sinuosités, ses soudaines vallées -- sa pierre qui se hisse, ses griffes de verdure qui se hérissent.

Et attendre.

vendredi, 23 mars 2012

Iy-aa

Iynx était la fille d'Io.


    J'apprends son existence  en lisant Aa.

dimanche, 11 mars 2012

Ten is 10

Vous n'allez pas me dire que ça prendrait un temps fou de jeter quelques mots à la volée, puis de monter au filet smasher la tête d'une phrase.

Si ?

samedi, 04 février 2012

Alternance de rimes en milieu non tempéré

                Je ne sais pas pourquoi la pluie. Le délai pour le premier tiers. Je me demande si le vent. La facture du peintre. Je ne sais pas si la tempête. Tire, tire vers le haut. Je ne comprends pas le brouillard. Pousse, pousse vers la tombe.

mercredi, 18 janvier 2012

Mourir

« Il y a quelque chose de profondément oxymorique lorsqu’on voit les abeilles mourir le premier mois du printemps. » (Thomas Vinau. Nos cheveux blanchiront avec nos yeux. Alma, 2011, pp. 83-4)

 

Et regarder la pluie tomber : entendre les termites bouffer les charpentes. Exacerbation, dont l’oxymore pourrait être parent. Mais pas ici.

vendredi, 13 janvier 2012

Ville d'avant

On n’y voit guère de chômeurs. C’est que les toits sont en tuiles. Misère.

mercredi, 11 janvier 2012

Sophie d’avant

Celle-ci, donc.

Dont on (ma mère) m’apprend qu’elle serait désormais en ménage avec le Chevalier casse-berlon du Subjonctif himself.

Elle reste à peu près au même niveau culturel qu’auparavant.

dimanche, 01 janvier 2012

Art pour rien

Le bourgeois scandalise le bourgeois. Alors ça, ça m'épate.

dimanche, 04 décembre 2011

Item #2459

Ces derniers temps, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour l'écriture, à cause du travail et des parties de Croque-Carottes, de Uno ou de bataille, mais aussi parce que, folie absolue... je dors la nuit !!!